SOCIOLOGIE ET SCIENCES DE LA NATURE HUMAINE UNE APPROCHE INTEGRATIVE

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_C80C63A8F56C
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
SOCIOLOGIE ET SCIENCES DE LA NATURE HUMAINE UNE APPROCHE INTEGRATIVE
Auteur(s)
Cordonier Laurent
Directeur(s)
Kaufmann Laurence , Esfeld Michaël-Andreas
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Adresse
Faculté des sciences sociales et politiques (SSP)
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
français
Résumé
Les approches naturalistes du social sont fortement critiquées par de nombreux chercheurs en sciences sociales. Ces derniers leur reprochent notamment de réduire l'explication de phénomènes sociaux complexes au seul fonctionnement de processus biologiques ou (neuro)cognitifs. Dans cette thèse, nous explorons l'hypothèse selon laquelle les sciences cognitives contemporaines peuvent nous apporter un éclairage nouveau et complémentaire sur certains objets classiques de la sociologie, sans pour autant nous contraindre à opérer une telle réduction. Nous défendrons l'idée que les savoirs issus des sciences cognitives peuvent aider les sociologues à mieux comprendre certains mécanismes causaux qui contribuent à la formation des phénomènes sociaux qu'ils étudient. Dans ce contexte, les explications fournies par les sciences cognitives sont intégrées dans les explications sociologiques, et les phénomènes sociaux ne sont nullement réduits à des processus décrits en termes (neuro)cognitifs.
--
Sociological naturalism is highly criticized by many researchers in social sciences. This approach is especially accused of being reductionist, as it would seek to explain complex social phenomena on the sole basis of biological or (neuro) cognitive processes. In this thesis, we explore the hypothesis that cognitive science may shed new and complementary light on classical topics in sociology while avoiding this specific kind of reductionism. We will argue that knowledge from the cognitive sciences can help sociologists to better understand some causal mechanisms contributing to the formation of the social phenomena they are interested in. In this context, explanations provided by the cognitive sciences are integrated into sociological explanations, and social phenomena are by no means reduced to processes described in (neuro)cognitive terms.

Création de la notice
13/03/2017 12:30
Dernière modification de la notice
20/08/2019 15:43
Données d'usage