Des traits pour un terrain sensible. Le dessin comme pratique ethnographique chez les mineurs aurifères artisanaux de Madre de Dios, Pérou

Détails

Ressource 1Télécharger: 190514_ruffinery_vinckd encrs.pdf (220.11 [Ko])
Etat: Public
Version: de l'auteur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_8922EC80182A
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Titre
Des traits pour un terrain sensible. Le dessin comme pratique ethnographique chez les mineurs aurifères artisanaux de Madre de Dios, Pérou
Périodique
Technique & culture
Auteur(s)
Ruffiner Yohana, Vinck Dominique
ISSN-L
1952-420X
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2019
Peer-reviewed
Oui
Volume
1
Numéro
7
Pages
184-197
Langue
français
Résumé
Vous faites quoi ? demande un des mineurs qui travaille dans une mine d’or artisanale à Madre de Dios au Pérou, après nous avoir vu l’observer pendant une longue période de temps. Dessiner, répondons-nous. En lui montrant les traits rapides que nous avons fait afin de pouvoir comprendre, décomposer et recomposer les gestes du travail en situation, il nous invite à repenser le dessin et nous propose des améliorations à gauche ou à droite. C’est de cette façon qu’est née une habitude. Le dessin offre alors un espace de confiance et d’interactions permettant d’ouvrir les « boîtes noires» des pratiques artisanales, afin de rapprocher la pensée, la conception et la perception sensible de la technique (Hutchins 1995). Les échanges autour des traits de la feuille sont devenus un espace central pour notre recherche relevant des études sociales des sciences et des techniques (STS).
La mine artisanale nous est apparue comme un terrain sensible, notamment, de par son caractère illégal, ses conséquences environnementales, mais aussi par la difficulté d’accès à l’observation du geste, à la sensorialité, entre autres. A partir de cette expérience dans lequel les moyens visuels sont difficiles à utiliser, nous proposons d’aborder le dessin comme un outil de construction de connaissances partagées, qui rend possible une analyse collective de la technique, tant du geste que du savoir-faire local. Cette expérience sur le terrain concède des libertés méthodologiques, change la rigidité des rôles entre les acteurs de l’enquête et invite à établir des nouvelles formes de représentation qui tiennent compte des subjectivités à l’œuvre durant le processus ethnographique. Nous souhaitons ainsi contribuer aux études du savoir-faire artisanal et à l’usage du visuel sur le terrain ethnographique.
Mots-clé
co-dessin, autoconfrontation, méthodes collaboratives, savoir-faire ancestral, Pérou, techniques d’extractions
Open Access
Oui
Création de la notice
25/04/2019 13:24
Dernière modification de la notice
22/10/2019 6:08
Données d'usage