Les effets de l'hypoxie sur les sauts isolés et répétés

Détails

Ressource 1Télécharger: memoirePedroLeal2018.pdf (1823.17 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_S_26555
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Titre
Les effets de l'hypoxie sur les sauts isolés et répétés
Auteur(s)
Bota Vasques Leal Pedro Filipe
Directeur(s)
Millet Grégoire
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
30/01/2018
Genre
Sciences du sport
Langue
français
Résumé
Introduction : La littérature rapporte que pour des mouvements courts et explosifs, comme le saut, la condition d’altitude simulée (hypoxie normobarique, NH) aiguë n’altère pas les valeurs des variables mécaniques, comme la force (F), la vitesse (V) et la puissance (P), au contraire de l’altitude réelle (hypoxie hypobarique, HH) qui induit à des améliorations de ces valeurs. Lorsque ce type de mouvements sont répétés, la fatigue peut s’installer et jouer un rôle déterminant. Les objectifs de ce travail consistent à confirmer la littérature sur le saut isolé et à étudier les effets de la NH aiguë pendant un exercice de sauts de contre-mouvement (CMJ) répétés. Il s’agit de relever les variations des valeurs des variables récoltées, notamment celles des puissances produites dans différentes conditions d’altitude.
Méthode : 16 sujets masculins (25.3 ± 6.6 ans ; 1.84 ± 0.08 m ; 77.8 ± 7.1 kg), joueurs amateurs de sports collectifs divisés en trois groupes qui ont passé de façon randomisée et aveugle par les trois conditions d’altitude aiguë, normoxie (N ; FiO2 = 20.9% ~ niveau de la mer), hypoxie modérée (MH ; FiO2 = 16.9% ~ 2000m) et hypoxie sévère (SH ; FiO2 = 12.9% ~ 3800m). Après un échauffement standardisé les sujets ont réalisé 5 CMJ isolés à des différentes charges : sans charge, 20, 40, 60 et 80% du poids du corps (BW). Ultérieurement les sujets ont réalisé 2 séries de 20 CMJ en 1 minute sans charge et à 30% BW. L’appareil Myotest a été utilisé pour la récolte des données de F, V et P.
Résultats : Pour les sauts isolés aucune différence a été relevée dans la même charge sur les valeurs de F, V et P à des différentes conditions. En ce qui concerne les sauts répétés, les moyennes de puissance (MP) ainsi que de l’indice de fatigue (IF) n’ont pas été différentes entre les conditions d’altitude sans charge et à 30% BW. Cependant, en SH une différence significative a été repérée entre la condition sans charge et 30% BW sur l’IF. Seulement à 30% BW la lactatémie a été différente entre SH et MH et le RPE a été différent entre SH et N.
Conclusion : Les résultats obtenus pour les sauts isolés confirment la littérature revue en mettant en évidence que ce n’est pas le manque d’oxygène qui impacte les actions, brèves et explosives. Pour les sauts répétés, il semble que les altitudes suggérées n’étaient pas en mesure de créer un manque d’O2 au niveau central suffisant pour impacter les puissances produites et par conséquent l’IF. En SH, une charge de 30% BW semble induire un stress métabolique plus conséquent lors d’un exercice de sauts répétés.
Création de la notice
05/03/2018 16:55
Dernière modification de la notice
20/08/2019 16:33
Données d'usage