Les pentes cognitives naturelles de la catégorisation sociale

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_F7D54F792445.P001.pdf (892.98 [Ko])
Etat: Serval
Version: Final published version
ID Serval
serval:BIB_F7D54F792445
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Titre
Les pentes cognitives naturelles de la catégorisation sociale
Périodique
Implications Philosophiques [En ligne]
Auteur(s)
Cordonier L.
ISSN
2105-0864
Statut éditorial
Publié
Date de publication
11/2014
Pages
NA
Langue
français
Notes
Dossier "Vision du social".
Résumé
Pour pouvoir naviguer sans encombre dans notre environnement social, il est important d'être en mesure d'identifier correctement les propriétés sociales des personnes avec qui nous sommes amenés à interagir. Au cours de leur socialisation, les enfants doivent donc nécessairement faire l'apprentissage des catégories sociales en usage dans leur univers socio-culturel. Des recherches expérimentales en psychologie du développement permettent de penser qu'un tel apprentissage est tout à la fois rendu possible et contraint par un certain nombre de prédispositions cognitives, déjà à l'oeuvre chez les très jeunes enfants et les bébés. En me basant sur ces recherches, j'avance dans cet article que l'être humain possède une tendance cognitive spontanée à catégoriser socialement ses semblables selon trois axes: une catégorisation horizontale, détectant les relations d'affiliation entre des individus, une catégorisation verticale, identifiant leurs relations de dominance, et une catégorisation transversale, les distinguant selon leur sexe et leur âge. Si ces "pentes cognitives naturelles" préparent les enfants à intégrer les catégories particulières en vigueur au sein de leur société, elles les inclinent malheureusement aussi à les essentialiser.
Mots-clé
Catégorisation sociale, Cognition sociale
Création de la notice
21/11/2014 12:05
Dernière modification de la notice
03/03/2018 22:50
Données d'usage