La dépression, maladie de société ? : les études soulignent une augmentation du phénomène en Suisse et ailleurs

Détails

ID Serval
serval:BIB_F3ACD2B0F8FC
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Titre
La dépression, maladie de société ? : les études soulignent une augmentation du phénomène en Suisse et ailleurs
Périodique
Le Bloc-Notes des Hospices
Auteur(s)
Ansermet François, Laget Jacques, Preisig Martin
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2000
Numéro
24
Pages
p. 11-20
Notes
SAPHIRID:33445
Résumé
Depuis le début des années 70, l'Organisation mondiale de la santé estime que la dépression est le principal trouble mental dans le monde et que les choses iront en s'aggravant à l'avenir. Elle considère également que seule la moitié des dépressifs sont diagnostiqués et traités. Les études récentes mettent généralement en évidence une augmentation du taux de dépression en Suisse comme dans les autres sociétés développées. Aujourd'hui, le coût social de la dépression semble aussi lourd que celui des maladies cardiovasculaires. Mais il faut faire deux remarques. D'abord, il y a dans nos sociétés une attention à la souffrance psychique qui n'existait pas il y a encore trente ans. Ensuite, il faut savoir quelle définition on retient de la dépression, ce que l'on compte et ce qui compte. Le Bloc-notes a rencontré trois spécialistes de la question aux Hospices: François Ansermet, Jacques Laget et Martin Preisig. [Chiffres et points de repères. La dépression chez les adolescents. La dépression chez les enfants.] <Auteur>
Mots-clé
Depression , Mental Disorders
Création de la notice
13/03/2008 9:39
Dernière modification de la notice
03/03/2018 22:42
Données d'usage