Variation de la conductivité tissulaire et stimulation cérébrale profonde

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_F035C7DD109F.P001.pdf (4988.62 [Ko])
Etat: Serval
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_F035C7DD109F
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Titre
Variation de la conductivité tissulaire et stimulation cérébrale profonde
Auteur(s)
KEHTARI  S.
Directeur(s)
BLOCH J.
Codirecteur(s)
PRALONG E.
Institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2015
Langue
français
Nombre de pages
26
Résumé
La maladie de Parkinson est une atteinte chronique des noyaux gris centraux qui affecte plus de 15'0001 personnes et plus de 3%1 des plus de 80 ans sur le territoire helvétique.
A l'origine de la maladie, on observe une dégénérescence des neurones dopaminergiques induisant un dérèglement au niveau des noyaux gris centraux, se traduisant par une triade caractéristique : rigidité, tremblements de repos et bradykinésie.
A l'heure actuelle, on privilégie les traitements médicamenteux qui sont généralement très efficaces, dans tous les cas au début de la maladie. Après quelques années d'évolution, certains patients pré- sentent des fluctuations motrices (phases de blocages suivies de phases de dyskinésies), invalidantes et très difficiles à régler. A ce moment-là, l'indication à la stimulation cérébrale profonde est po- sée. Nous proposons une stimulation sous-thalamique qui a pour objectif principal de remplacer la médication. Cette procédure de neurochirurgie est réalisée depuis, déjà, plusieurs décennies dans le traitement de la maladie de Parkinson - ainsi que dans d'autres affections neurologiques et psychia- triques.
Malgré son succès et son efficacité immédiate, il n'en demeure pas moins une variabilité parmi les patients tant dans la réponse clinique au traitement que dans les effets indésirables de la stimulation cérébrale profonde et ce malgré un ciblage du noyau sous-thalamique similaire chez les patients. Dans cette perspective, il convient d'étudier les variations de la conductivité tissulaire cérébrale inter- individuelle afin de tenter d'y déceler différents profils de conductivités tissulaires et de réponse au traitement.
Mots-clé
Maladie de Parkinson, Stimulation cérébrale profonde, Noyau sous-thalamique, Conductivité tissulaire cérébrale
Création de la notice
01/09/2016 10:32
Dernière modification de la notice
03/03/2018 22:36
Données d'usage