Managing globalisation in public utilities : public service transnational corporations and the case of the global water industry

Détails

Ressource 1Télécharger: 177_Lobina.pdf (456.72 [Ko])
Etat: Public
Version: de l'auteur
ID Serval
serval:BIB_CE3B0935AAB5
Type
Livre: un livre et son éditeur.
Collection
Publications
Titre
Managing globalisation in public utilities : public service transnational corporations and the case of the global water industry
Auteur(s)
Finger Matthias, Lobina Emanuele
Editeur
IDHEAP
Lieu d'édition
Lausanne
ISBN
2940177376
Statut éditorial
Publié
Date de publication
1999
Volume
177
Série
Cahier de l'IDHEAP
Langue
anglais
Nombre de pages
65
Résumé
Liberalisation, deregulation and privatisation of water and other public utilities have not produced the alleged efficiency gains of open international competition in public utilities, as the result has been restricted access to utilities rather than unleashed competition. Where water utilities have been privatised, TNCs have reproduced the typically monopolistic behaviour, enhancing concentration through vertical and horizontal integration, collusive conduct and other restrictive practices of competition, abuse of corporate power and corruption. So, contrary to common belief, publicly owned enterprises appear no less efficient than privatised companies on costs, personnel ratios, technical performance and financial comparisons. Moreover, public water enterprises show a stronger attitude towards socially oriented performance. In order to restrain a transnational organisation of anti-competitive practices by transnational conglomerates of power, the need is perceived for a multilateral agency responsible for monitoring the correct functioning of the world market and enforcing repressive measures of the most significant abuses.
La libéralisation, la dérégulation et la privatisation de l’eau et d’autres entreprises publiques n’ont pas produit les gains d’efficience attendus et qui résulteraient de la compétition internationale entre entreprises publiques. Là où des entreprises publiques de l’eau ont été privatisées, les compagnies transnationales ont même tendance à reproduire un comportement typiquement monopolistique, caractérisé notamment par la concentration au moyen de l’intégration horizontale et verticale, la restriction de l’accès à la compétition, voire l’abus de pouvoir et la corruption. Ainsi, contrairement à l’opinion générale, les entreprises s’apparentant aux collectivités publiques ne sont pas moins efficientes en matière de coûts, de ratios du personnel, de performance technique et de comparaisons financières, par contre, les entreprises publiques de gestion l’eau font également preuve d’une attitude plus sociale. Dès lors, en vue de restreindre l’organisation transnationale de pratiques anti-compétitives de la part des compagnies transnationales de l’eau, besoin est de créer une agence multilatérale qui surveille le fonctionnement correcte du marché et qui a les moyens d’imposer des mesures contre les abus les plus flagrants.
Création de la notice
14/11/2017 15:30
Dernière modification de la notice
20/08/2019 16:48
Données d'usage