Eugen Bleuler, "La suggestibilité négative", 1904 Introduction, traduction et annotations françaises par Aubane Rossier

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_C43B99440FE7.P001.pdf (11989.75 [Ko])
Etat: Serval
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_C43B99440FE7
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Titre
Eugen Bleuler, "La suggestibilité négative", 1904 Introduction, traduction et annotations françaises par Aubane Rossier
Auteur(s)
ROSSIER A
Directeur(s)
BARRAS V
Institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2015
Langue
français
Nombre de pages
53
Résumé
Mon travail de maîtrise est constitué d'une traduction d'allemand à français d'un article à propos de la suggestiblité négative, « Die negative Suggestibilität » écrit par Eugen Bleuler en octobre 1904 qui paraît dans la Psychiatrisch-Neurologische Wochenschrift (Bleuler, 1904b). Il s'agit d'un article pertinent pour la compréhension des débuts de la schizophrénie et ce symptôme typique de cette maladie qu'est la suggestibilité négative. En juin 1910, il publie dans le même journal un article sur le négativisme schizophrénique, « Zur Theorie des schizophrenen Negativismus » (Bleuler, 1910d), des théories qu'il reprend un an après dans sa monographie, « Dementia Praecox oder Gruppe der Schizophrenien » (Bleuler, 1911). La suggestibilité négative correspond à une disposition psychique qui conduit un sujet à se soumettre trop facilement à toutes suggestions négatives extérieures et à y obéir, sans critiques suffisantes de ses valeurs et conséquences.
Le négativisme se retrouve chez tout être humain, c'est un phénomène normal et non accidentel qui nous permet de nous protéger de certaines actions, de corriger certaines réactions. C'est tout particulièrement appréciable chez les enfants qui apprennent d'abord à utiliser le « non » et le rejet, alors que le « oui » est plus simple à prononcer dans la langue allemande. A chaque idée s'associe toujours son idée contraire, il s'agit d'association de contrastes. Ce qui est par contre pathologique, est un négativisme qui surgit à des occasions inhabituelles ou de manière plus prononcée ; il découle directement du mécanisme d'idée contraire. Un exemple de phénomène qui se comporte uniquement en idées contraires est l'obsession. Chez les malades psychiatriques, les idées primaires sont toujours en conflit avec la réalité. La suggestibilité et la négativité ont en fait la même origine.
Plus tard, Bleuler renomme la suggestibilité négative ambitendance, terme selon lui plus adéquat, qui est actuellement défini par un complexe formé de deux besoins contraires.
Mots-clé
Dementia Praecox, Suggestibilité négative, Eugen Bleuler, Schizophrénie, Négativisme.
Création de la notice
31/08/2016 14:01
Dernière modification de la notice
03/03/2018 21:13
Données d'usage