038: Médicaments ou poisons ? Analyses de préparations pharmaceutiques datant d'un siècle

Détails

ID Serval
serval:BIB_BC7C9C2001BE
Type
Actes de conférence (partie): contribution originale à la littérature scientifique, publiée à l'occasion de conférences scientifiques, dans un ouvrage de compte-rendu (proceedings), ou dans l'édition spéciale d'un journal reconnu (conference proceedings).
Sous-type
Abstract (résumé de présentation): article court qui reprend les éléments essentiels présentés à l'occasion d'une conférence scientifique dans un poster ou lors d'une intervention orale.
Collection
Publications
Titre
038: Médicaments ou poisons ? Analyses de préparations pharmaceutiques datant d'un siècle
Titre de la conférence
24e congrès annuel de la Société Française de Toxicologie Analytique
Auteur(s)
Augsburger M., Künzi CA, Golay L.
Adresse
Perpignan, France, 1-3 juin 2016
ISBN
2352-0078
ISSN-L
2352-0078
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2016
Peer-reviewed
Oui
Volume
28
Série
Toxicologie Analytique et Clinique
Pages
S29-S30
Langue
français
Résumé
Objectif: Présenter les résultats d'analyses de préparations pharmaceutiques contenues dans 2 coffrets conservés dans un grenier pendant environ un siècle.
Introduction: De nos jours, plusieurs centaines de substances sont décrites dans les pharmacopées, dont la majorité a été découverte au cours du dernier siècle. Au début du XXe siècle, il y avait moins d'une vingtaine de molécules actives à disposition, à côté d'une centaine de produits naturels. Récemment, 2 coffrets en noyer ayant appartenus au Pr Adolphe Combe (1859-1917), médecin à Lausanne, ont été retrouvés dans le grenier d'une demeure de famille et donnés au Musée historique de Lausanne. Ces 2 coffrets, contenant des flacons en verre et des boîtes en carton, étaient utilisés pour le transport de préparations pharmaceutiques lors des visites à sa clientèle privée. Parmi les 91 flacons trouvés dans les coffrets, 67 contenaient un échantillon analysable, 24 n'avaient plus de contenu et n'ont donc pas pu être analysés. En outre, 12 échantillons contenus dans des boîtes en carton sur 13 ont également pu être analysés, une boîte étant vide. À côté des préparations pharmaceutiques, une balance et des poids, des gélules vides, des pansements, des pipettes, des emplâtres et un rince-oeil ont été découverts.
Méthodes: Selon les indications à disposition sur les préparations pharmaceutiques et le type d'échantillon (liquide, poudre, onguent, granule, matériel animal ou matériel végétal), différents screenings ont été réalisés par CG-SM, CL-UV/BD, CL-SM/SM, HS-CG-DIF ou ICP-SM.
Résultats: Au total, 36 plantes ou préparations à base d'extraits de plantes ont été mis en évidence (notamment du thé, du café, de l'aconit, du laurier, de l'arnica, de la réglisse, du quinquina, de la mauve, de la gentiane, de la menthe, du lin, du séné d'Alexandrie, de la rhubarbe, et de l'ipéca). Quatorze préparations contenant des opiacés ont été mises en évidence, soit provenant d'extraits d'opium, soit à base de morphine ou de codéine. Vingt et une préparations contenaient des substances purifiées ou synthétisées (notamment de la morphine, de la codéine, de la strychnine, de l'hyoscyamine, de la pilocarpine, de l'apomorphine, de l'aconitine, de la nitroglycérine, de la quinine et de la digitaline). Cinq préparations contenaient des extraits de l'ergot de seigle. Dans une boîte, 46 mouches cantharide (Lytta vesicatoria) ont été trouvées, seule préparation d'origine animale. Vingt et une préparations avaient une origine minérale (bismuth, plomb, mercure, magnésium, zinc, potassium, antimoine, iode, bore, sodium, manganèse). Des flacons contenant des acides (acide nitrique, acide chlorhydrique, acide chromique, phénol), des bases (ammoniac) et des solvants (chloroforme, éther, éthanol, nitrite d'amyle) ont été identifiés dans 14 préparations pharmaceutiques. Onze préparations n'ont pas pu être identifiées à ce jour (absence d'indication sur le flacon ou la boîte, et substance active non identifiée).
Conclusions
Environ un siècle après leur fabrication, la plupart des préparations contenait encore des principes actifs détectables. L'analyse des préparations pharmaceutiques retrouvées dans les deux coffrets témoigne d'un arsenal thérapeutique limité, et de l'usage encore très fréquent entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle de produits ou d'extraits de produits naturels, d'origine végétale, animale ou minérale, dont la toxicité pouvait présenter des risques certains. Le contenu des deux coffrets témoigne également d'une période de transition entre l'administration de la matière médicale et l'administration du principe actif.
Création de la notice
21/06/2016 10:26
Dernière modification de la notice
03/03/2018 20:57
Données d'usage