Perfusion and diffusion MRI of glioblastoma progression in a four-year prospective temozolomide clinical trial

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_A4A62CA58BC8.P001.pdf (649.99 [Ko])
Etat: Serval
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_A4A62CA58BC8
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
Perfusion and diffusion MRI of glioblastoma progression in a four-year prospective temozolomide clinical trial
Auteur(s)
Leimgruber A.
Directeur(s)
Meuli R.
Institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2006
Langue
anglais
Nombre de pages
7
Notes
REROID:R004329205; autres auteurs: Ostermann S., Yeon E.J., Buff E., Maeder P., Stupp R.,
Résumé
RESUME
BUT
Cette étude a été menée sur le suivi de patients traités pour un glioblastome nouvellement diagnostiqué. Son objectif a été de déterminer l'impact des séquences de perfusion et de diffusion en imagerie par résonance magnétique (IRM). Un intérêt particulier a été porté au potentiel de ces nouvelles techniques d'imagerie dans l'anticipation de la progression de la maladie. En effet, l'intervalle de temps libre de progression est une mesure alternative de pronostic fréquemment utilisée.
MATERIEL ET METHODE
L'étude a porté sur 41 patients participant à un essai clinique de phase II de traitement par temozolomide. Leur suivi radiologique a comporté un examen IRM dans les 21 à 28 jours après radiochimiothérapie et tous les 2 mois par la suite. L'évaluation des images s'est faite sur la base de l'évaluation de l'effet de masse ainsi que de la mesure de la taille de la lésion sur les images suivantes : T1 avec produit de contraste, T2, diffusion, perfusion. Afin de déterminer la date de progression de la maladie, les critères classiques de variation de taille adjoints aux critères cliniques habituels ont été utilisés.
RESULAT
311 examens IRM ont été revus. Au moment de la progression (32 patients), une régression multivariée selon Cox a permis de déterminer deux paramètres de survie : diamètre maximal en T1 (p>0.02) et variation de taille en T2 (p<0.05). L'impact de la perfusion et de la diffusion n'a pas été démontré de manière statistiquement significative.
CONCLUSION
Les techniques de perfusion et de diffusion ne peuvent pas être utilisées pour anticiper la progression tumorale. Alors que la prise de décision au niveau thérapeutique est critique au moment de la progression de la maladie, l'IRM classique en T1 et en T2 reste la méthode d'imagerie de choix. De manière plus spécifique, une prise de contraste en T1 supérieure à 3 cm dans son plus grand diamètre associée à un hypersignal T2 en augmentation forment un marqueur de mauvais pronostic.
Création de la notice
11/10/2010 17:45
Dernière modification de la notice
03/03/2018 20:14
Données d'usage