Evolution of Parthenogenesis

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_954543E114A5
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
Evolution of Parthenogenesis
Auteur(s)
VAN DER KOOI Casper J.
Directeur(s)
Schwander Tanja
Institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2018
Langue
anglais
Résumé
Dans le règne animal, il existe une grande diversité de modes de reproduction. Chez des organismes asexués, les femeles vierges génèrent des femeles, et les mâles n'existent pas. Au cours de ce doctorat, j'ai voulu comprendre les causes, les conséquences et l'évolution de l'asexualité chez les arthropodes. Une synthèse bibliographique exhaustive et une étude comparative à large échelle ont révélé que l'asexualité a évolué bien plus de fois qu'on ne le pensait, mettant en exergue de grandes conséquences écologiques. En effet, les organismes asexués ont systématiquement une niche écologique plus large, et une distribution géographique plus étandue vers les pôles, que les organismes à reproduction sexuée. De plus, les lignées asexuées connues à ce jour ont souvent évolué à partir d'ancêtres sexués dont les niches et la distribution étaient déjà relativement larges. Cela suppose que ces facteurs écologiques favorise la transition vers l'asexualité. En s'appuyant sur une expérience d'introgression et des approches de cartographie génétique, j'ai tenté d'identifier la région génétique responsable de l'asexualité chez une guêpe parasitoïde. Enfin, une étude expérimentale sur les thrips (insectes ravageurs des graminées) a montré qu'une grande diversité génétique - caractéristique commune des organismes asexués - augmente la divergence de la niche écologique et contribue très probablement au succès des organismes asexués et au maintien de ces espèces.
--
The animal kingdom exhibits a great diversity in reproductive modes. In asexual organisms, unmated females produce females, and maies do not exist. In this thesis, I will investigate the causes, conséquences and évolution of asexuality in arthropods. An exhaustive literature overview and large-scale comparative study revealed that asexuality evolved many more times than previously thought and that it has great ecological conséquences. Asexuals consistently have larger ecological niches and larger, polewards extended géographie distributions than sexuals. Intriguingly, extant asexuals often evolved from sexual ancestors with relatively large niches and distributions, highlighting that these ecological attributes in sexuals favour the transition to asexuality. Using an introgression experiment and genetic mapping approaches, I tried to identify the asexuality-causing genetic région in a parasitoid wasp. An experimental study with grass thrips showed that high genetic diversity - a common feature of asexual organisms - increases ecological niche divergence, and likely contributes to the success of asexuals. Taken together, this covers common mechanisms, (ecological) conséquences and évolution of parthenogenesis in a taxonomically diverse and species-rich group.

Création de la notice
31/01/2019 11:08
Dernière modification de la notice
02/02/2019 7:26
Données d'usage