Ampullectomie chirurgicale vs ampullectomie endoscopique: résultats d'une étude comparative rétrospective

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 2600 Mme Mme Dubois.pdf (3541.97 [Ko])
Etat: Serval
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_94A19E25A2F5
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Titre
Ampullectomie chirurgicale vs ampullectomie endoscopique: résultats d'une étude comparative rétrospective
Auteur(s)
DUBOIS M.
Directeur(s)
HALKIC N.
Institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2015
Langue
français
Nombre de pages
25
Résumé
Contexte : La duodénopancréatectomie céphalique est depuis longtemps l'option thérapeutique de référence pour les tumeurs ampullaires. Cependant, elle grevée d'une mortalité et morbidité importante. Il est donc aujourd'hui préféré, lorsque les caractéristiques tumorales le permettent, d'opter pour les techniques de résections locales à savoir: l'ampullectomie chirurgicale et la l'ampullectomie endoscopique. L'objectif de cette étude sera de déterminer comment se fait l'orientation thérapeutique lors du diagnostic d'ampullome et de comparer les caractéristiques et résultats des traitements par résection locale.
Méthodologie : Nous avons étudié de façon rétrospective tous les dossiers de patients ayant bénéficié d'une ampullectomies chirurgicale ou ampullectomie endoscopique au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) entre 2005 et 2015. A l'aide des résultats de cette étude et de la littérature actuellement disponible, nous établirons un algorithme de prise en charge pour les ampullomes.
Résultats : 24 patients ont été inclus dans l'étude avec un nombre total de 30 interventions dont 11 ampullectomie endoscopiques (AE) et 19 ampullectomies chirurgicales (AC). Dans le groupe AC la moyenne d'âge des patients était significativement plus élevée que dans le groupe AE (69 vs 65 ans respectivement, p=0.024). Le reste des caractéristiques démographiques étaient comparables entre les deux groupes. 100% des patients ont eu des biopsies à visée diagnostique à la suite d'une ERCP et/ou OGD. L'EUS est un outil diagnostic important utilisé de façon encore trop disparate chez 42% des patients avant intervention. Après résultat pathologique final, le taux de faux négatif et positif pour un diagnostic de carcinome ampullaire était de 16.6%. La morbidité globale selon la classification CCI était de 0 pour l'AE et de 8.7 pour l'AC (p<0.001) avec respectivement 18.2% et 68.4% de complications (p=0.002). La mortalité pour les deux groupes d'intervention était de 0%. Le taux de récidive tumorale était de 18% pour l'AE et 10.5% pour l'AC (p>0.05).
Conclusion : L'AE est associée à un taux de complications plus faible que l'AC et devrait être considérée comme traitement de première ligne pour les patients avec une tumeur ampullaire bénigne. L'AC est une alternative de choix après un échec de résection par endoscopie ou lorsque les critères d'inclusions pour une AE ne sont pas rencontrés.
Mots-clé
Ampullectomie, endoscopique, ampullome
Création de la notice
01/09/2016 13:22
Dernière modification de la notice
03/03/2018 19:38
Données d'usage