Nicotine dans l'air et nicotine/cotinine salivaire comme traceurs pour l'évaluation de l'exposition à la fumée passive

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_926B1D644A62.P001.pdf (192.42 [Ko])
Etat: Serval
Version: de l'auteur
ID Serval
serval:BIB_926B1D644A62
Type
Actes de conférence (partie): contribution originale à la littérature scientifique, publiée à l'occasion de conférences scientifiques, dans un ouvrage de compte-rendu (proceedings), ou dans l'édition spéciale d'un journal reconnu (conference proceedings).
Sous-type
Abstract (résumé de présentation): article court qui reprend les éléments essentiels présentés à l'occasion d'une conférence scientifique dans un poster ou lors d'une intervention orale.
Collection
Publications
Titre
Nicotine dans l'air et nicotine/cotinine salivaire comme traceurs pour l'évaluation de l'exposition à la fumée passive
Titre de la conférence
Biomedical imaging, CHUV Research Day, February 1, 2007
Auteur(s)
Huynh Cong Khanh
Editeur
Université de Lausanne, Faculté de biologie et de médecine
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2007
Pages
EHU-18, 32
Langue
anglais
Notes
SAPHIRID:64520
Résumé
I. Introduction L'exposition à la fumée environnementale du tabac est un sujet de controverse qui suscite divers débats quant aux risques pour les non-fumeurs travaillant ou vivant à côté des fumeurs. Des études épidémiologiques ont été faites par le passé pour évaluer le risque des fumeurs en se basant principalement sur le nombre de cigarettes fumées par jour par le fumeur actif. Le choix de l'indicateur de la fumée du tabac environnementale est primordial, et il existe un grand nombre de paramètres : poussière totale, nombre de particules, le taux de CO, le condensat, la nicotine, les métabolites urinaires ou salivaire comme la cotinine ou la nicotine, etc. Finalement, pour l'air, la nicotine peut être considérée comme un indicateur spécifique de la fumée du tabac. Un moniteur passif de nicotine (appelé badge MoNIC) basé sur le principe d'échantillonnage par diffusion est développé au sein d'IST pour évaluer l'exposition au fumage passif à la place de travail. Pour les indicateurs biologiques, la teneur de nicotine et cotinine dans la salive permet de valider l'exposition à la fumée environnementale. La combinaison nicotine dans l'air et nicotine/cotine salvaire est proposée comme tracurs pour l'évaluation de l'exposition à la fumée passive. II. Expérimentale et résultats
II.1. Analyse de nicotine prélevée sur badge MoNIC La méthode MoNIC développé au sein d'IST est une adaptation de la méthode Hammond et Ogden, avec comme petites modifications le diamètre de filtre utilisé, ∅ 25 mm au lieu et à la place de filtre ∅ 37 mm et le support de filtre (Unisette cassette d'inclusion, blanc, réf. M505-2, Milian SA, GE). Une fois que le filtre imprégnés au bisulfate de sodium (40g dans 1 L d'eau bi-distillée) est exposé, la casette MoNIC est conservée dans sa boîte ronde en polystyrène transparente et retournée au laboratoire pour l'analyse. La nicotine est d'abord transformée en nicotine libre par l'ajout de 1 ml de solution 5N NaOH, agitation au Vortex pendant 1 minute, puis l'ajout de 1 ml de solution d'extraction (2 ng/μl de quinoline comme standard interne dans n-heptane ammoniaqué). L'extraction liquide-liquide durant 1 minute au Vortex et une prise aliquot est prélevée, transférée dans un flacon pour l'analyse par chromatographie en phase gazeuse et détecteur spécifique aux produits azotés NPD.
II.2. Détermination du nombre d'équivalent de cigarettes fumées passivement Pour simplifier, nous adoptons un taux de ventilation moyen de 10 l/min pour les travailleurs de bureau, ce qui correspond à 1000 fois la vitesse de prélèvement du badge MoNIC. Ce qui conduit à multiplier par 1000 la quantité de nicotine prélevée sur le badge pour exprimer la quantité équivalente inhalée par le travailleur. Une fois la quantité de nicotine inhalée déterminée, nous pouvons calculer le nombre équivalent de cigarettes inhalées passivement, en tenant compte du taux de nicotine de 0.2 mg/cigarette de cigarettes légères du commerce.
II.3. Analyse de nicotine et de cotinine dans la salive La salive est prélevée à l'aide d'une paille par la personne exposée en la soufflant dans un récipient en plastique. On prélève 1ml de salive à l'aide d'une pipette Eppendorf et on la transvase dans un flacon conique et silanisé pour injecteur. La nicotine, la cotinine et la caféine sont d'abord transformées en nicotine, cotinine et caféine libres par l'ajout de 200 μl de solution A (1 ng/μl de quinoline (SI) dans l'eau ammoniaqué avec l'antimousse), plus 100 μl de Dichlorométhane distillé, agitation au Vortex pendant 1 minute, puis centrifugées pendant 10 minutes. On met directement le flacon sur l'auto-injercteur pour l'analyse par chromatographie en phase gazeuse et détecteur spécifique aux produits azotés NPD. Pour la quantification, on utilise une courbe de calibration en préparant des solutions aqueuses de concentration de nicotine, cotinine et caféine variant entre 500-1 ng/ml. La corrélation entre l'exposition dans l'air et la teneurs de nicotine et cotinine est pratiquement linéaire et permet de confirmer de manière fiable l'exposition à la fumée passive. Des exemples sont présentés dans des bâtiments publiques (CHUV, UniMail-GE) pour démontrer l'efficacité des mesures d'interdiction de fumer.
III. Conclusions Le badge MoNIC est validé au laboratoire sur un banc de génération d'atmosphère contrôlée pour analyser les concentrations de nicotine dans l'air au niveau ambiant. L'exposition du badge peut être variée entre quelques heures à quelques jours voire quelques semaines, de manière cumulative. La limite de quantification de nicotine sur le badge est de 20 ng ou 0.02 μg. Ce qui correspond à l'équivalent de 0.1 cigarette de force « 0.2 mg/cig de nicotine ». La limite supérieure est de 10 μg sur le badge, ce qui correspond à l'équivalent de 50 cigarettes. Le moniteur MoNIC, accompagné de teneur de nicotine/cotinine salivaire peuvent servir d'outil d'évaluation de l'exposition passive aux fumées de tabac environnemental et contribue à fournir des indications utiles aux études épidémiologiques futures.
Mots-clé
Tobacco Smoke Pollution , Nicotine , Cotinine , Biological Markers , Saliva , Environmental Monitoring
Création de la notice
07/04/2008 11:07
Dernière modification de la notice
03/03/2018 19:31
Données d'usage