Valeur de la biopsie percutanée du sinus caverneux (SC) à travers le foramen ovale : étude rétrospective de 50 patients

Détails

ID Serval
serval:BIB_90D4D460E39E
Type
Actes de conférence (partie): contribution originale à la littérature scientifique, publiée à l'occasion de conférences scientifiques, dans un ouvrage de compte-rendu (proceedings), ou dans l'édition spéciale d'un journal reconnu (conference proceedings).
Sous-type
Abstract (résumé de présentation): article court qui reprend les éléments essentiels présentés à l'occasion d'une conférence scientifique dans un poster ou lors d'une intervention orale.
Collection
Publications
Titre
Valeur de la biopsie percutanée du sinus caverneux (SC) à travers le foramen ovale : étude rétrospective de 50 patients
Titre de la conférence
SNCLF 2010, Journées Annuelles de la Société de Neurochirurgie de Langue Française
Auteur(s)
Messerer M., Saint Pierre G., Dubourg J., Jouanneau E., Sindou M.
Adresse
Marne-la-Vallée, France, 5-8 décembre 2010
ISBN
0028-3770 (Print)
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2010
Peer-reviewed
Oui
Volume
56
Série
Neurochirurgie
Pages
528
Langue
français
Résumé
Introduction.- Le SC est le siège d'une grande variété de lésions. La connaissance de leurs natures histologiques est essentielle pour la stratégie thérapeutique. Lorsque le diagnostic ne peut être assuré par l'imagerie, la biopsie percutanée du SC par le foramen ovale peut contribuer au diagnostic.
Patients et méthode.- Étude rétrospective de 50 patients avec biopsie par voie transjugale-de-Hartel d'une lésion du SC, du Cavum-de-Meckel et/ou de l'angle-pétroclival. Lorsque les patients bénéficiaient d'une deuxième confirmation histologique, les performances diagnostiques de la biopsie étaient évaluées (sensibilité, spécificité, test de concordance histologique).
Résultats ou cas rapporté.- Chez sept patients (14 %) la biopsie fut infructueuse, imposant un abord direct. Dans trois cas (6 %) le diagnostic s'est révélé erroné; il fut rétabli après chirurgie. Dans quatre cas (8 %) le diagnostic resta imprécis sur la nature bénigne/maligne, l'abord direct a permis de préciser le diagnostic. Chez 36 patients (72 %) la biopsie a permis de guider la prise en charge. Dans dix cas (20 %) la lésion était maligne imposant un traitement par radio-chimiothérapie. Dans 14 cas (28 %), la biopsie a incité à la chirurgie d'exérèse. Dans sept cas (14 %) elle a permis de justifier une simple surveillance clinique et radiologique. Dans cinq cas la biopsie a éliminé un processus tumoral évolutif, les patients ont été traités médicalement. Deux complications postopératoires (4 %): cellulite infectieuse, hématome de la joue spontanément résolutif. Parmi ces 50 patients, 32 (64 %) ont eu une confirmation anatomopathologique grâce à une deuxième chirurgie. Les performances diagnostiques de la biopsie pour différencier les tumeurs bénignes des malignes étaient bonnes (sensibilité = 75 %, spécificité = 100 %). Le coefficient de concordance histologique était de 0,7.
Conclusion.- Malgré ces limites, en raison d'un taux de réponse de 72 %, la réalisation d'une biopsie percutanée est recommandée afin d'optimiser la prise en charge des lésions envahissant le SC, lorsque l'imagerie ne permet pas d'établir le diagnostic.
Création de la notice
11/04/2014 12:09
Dernière modification de la notice
03/03/2018 19:26
Données d'usage