Das römische Theater von Avenches/Aventicum : Architektur, Baugeschichte, kulturhistorische Aspekte

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_8B5EC032FE04
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
Das römische Theater von Avenches/Aventicum : Architektur, Baugeschichte, kulturhistorische Aspekte
Auteur(s)
Matter G.
Directeur(s)
Paunier D.
Institution
Université de Lausanne, Faculté des lettres
Adresse
Faculté des lettres Université de Lausanne UNIL - Dorigny Anthropole - bureau 2049 CH-1015 Lausanne SUISSE
ISBN
9782880281144
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2009
Langue
allemand
Nombre de pages
414
Notes
REROID:R005387823 30 cm + ill. en noir et en coul.
Résumé
Résumée
Le théâtre romain d'Aventicum s'inscrit entre la petite ville moderne d'Avenches et le village de
Donatyre, au pied d'une colline en pente douce délimitant au sud-est la plaine de la Broye. Il se situe
à l'ouest des quartiers urbains antiques, construits selon un plan orthogonal, et s'intègre à une zone
comptant divers temples et édifices publics. Dès l'hiver 1889/1890, l'Association Pro Aventico
nouvellement fondée lança les premières fouilles archéologiques. Jusqu'en 1914, on dégagea les
parties originales de la maçonnerie tout en assurant la restauration de l'édifice. En 1926/1927 et de
1939 à 1942 auront lieu d'autres fouilles de grande envergure, accompagnées de mesures de
conservation. En 2001, la Fondation Pro Aventico lança un projet visant à étudier l'histoire de la
construction ainsi que l'architecture du monument, alors connues en partie seulement.
Sur la base de vestiges attestant la présence d'édifices antérieurs au théâtre, on définira pour la
construction de ce dernier un terminus post quem entre 100 et 120 ap. J.-C. Comme l'indique l'étude
du plan au sol, ce projet nécessita une importante planification. L'édifice lui-même se constitue d'une
zone en demi-cercle réservée au public, dont les substructions indiquent qu'elle était partiellement
isolée des autres. La cavea, subdivisée en trois secteurs concentriques, se termine par le bâtiment
des halles et par les aditus; on relèvera que les rangées supérieures réservées aux spectateurs
s'étendaient sans doute au-delà des halles et jusqu'à la façade. Les aditus permettaient d'accéder à la
zone de l'orchestra et de la scène, dominée par une plate-forme de plan rectangulaire et bordée d'une
proédrie.
On disposait de deux voies d'accès différentes: l'une à l'avant, par les arcades des halles, et l'une à
l'arrière, pratiquée dans le mur en demi-cercle; apparemment, on ne pouvait pénétrer que dans la
partie centrale de ce dernier. On ne parvient à restituer que partiellement les voies de circulation dans
les substructions de la cavea, en raison de leur piètre état de conservation. On a par contre pu repérer
le deambulatorium, à la périphérie, ainsi que cinq vomitoria sur la première praecinctio et six vomitoria
sur la seconde praecinctio. On peut admettre, sans toutefois disposer d'arguments à toute épreuve,
que la troisième rangée, en haut, était accessible par des cages d'escaliers conduisant à la summa
cavea. Ces hypothèses, fondées essentiellement sur le plan au sol de l'édifice et touchant aux voies
de circulation, sont corroborées par une restitution des gradins des parties en élévation, aujourd'hui
disparus. Quelques éléments architecturaux fournissent des arguments décisifs pour cette restitution,
comme par exemple un bloc de gradin qui permet de conclure à un pendage de la cavea de 26.5°. On
peut par ailleurs démontrer que le module architectural défini sur la base du plan au sol fut également
appliqué lors de la planification de l'élévation. Grâce à des fragments de corniche, à deux chapiteaux
de pilastre ornés de feuilles d'acanthe, à une base de pilastre engagée in situ dans la maçonnerie
restaurée, et en tenant compte du module architectural, on peut proposer une reconstitution
approximative de la composition de la façade de l'enceinte en demi-cercle.
Si les structures architecturales révèlent que le théâtre fut planifié et édifié selon un seul et unique
concept, on observe cependant quelques transformations et modifications au cours du temps. D'une
part, on décèle en divers endroits des traces de réparation et de consolidation, visant sans doute à
stabiliser un bâtiment ayant visiblement subi des dégâts. Par ailleurs, on a également entrepris des
modifications structurelles ou fonctionnelles, comme l'édification ultérieure du postscaenium le long du
mur de scène extérieur. Dans un contexte identique, on relèvera également deux murs flanquant les
basiliques, qu'on suppose être en relation avec l'agrandissement du complexe architectural du temple
du Cigognier et du théâtre, augmenté des deux temples édifiés au milieu du 2e s. ap. J.-C. au lieu-dit
Au Lavoëx.
L'excavation, au cours du dernier tiers du IIIe siècle ap. J.-C., d'un fossé de près de 6 m de large pour
1.5 m de profondeur tout autour de l'édifice fit du théâtre un véritable lieu fortifié. Au-dessus du fossé,
on a pu relever une séquence stratigraphique témoignant d'une activité d'habitation à proximité du
théâtre pour la période allant du IVe au VIIe siècle ap. J.-C. Il s'agit de l'un des rares cas où l'on peut,
à Avenches, évoquer la présence d'un habitat de la période du Haut Moyen Age.
Création de la notice
13/09/2010 16:19
Dernière modification de la notice
03/03/2018 19:11
Données d'usage