De l'agriculture urbaine à la都市農業 (toshinogyo) Une analyse de leur émergence dans le cas de Genève et Tokyo

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_878F4F94D287.P001.pdf (357401.87 [Ko])
Etat: Serval
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_878F4F94D287
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
De l'agriculture urbaine à la都市農業 (toshinogyo) Une analyse de leur émergence dans le cas de Genève et Tokyo
Auteur(s)
Niwa N.
Directeur(s)
Ruegg J.
Institution
Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l'environnement
Adresse
Institut de Géographie et Durabilité Faculté des Géosciences et de l'Environnement Université de Lausanne CH-1015 Lausanne, Suisse
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
03/2015
Genre
Thèse
Langue
français
Nombre de pages
460
Résumé
Il y a aujourd'hui un relatif consensus autour de l'émergence de l'agriculture urbaine.
Les projets d'agriculture urbaine se développeraient, car il y aurait une nécessité à réinstaurer des relations entre l'urbain et l'agricole. Les dispositifs qui ont été mis en place par la modernité comme le zonage, l'économie de marché, les transports, l'usage de fertilisants ou les filières agroalimentaires auraient en effet fait disparaître ces relations qu'il s'agirait aujourd'hui de reconnecter. L'agriculture urbaine serait alors présentée comme une stratégie alternative à cette distinction. Elle serait le résultat de relations réciproques - et donc équivalentes - entre l'urbain et l'agricole. Elle serait alors à la fois urbaine et agricole.
Nous pensons qu'il faut sortir aujourd'hui de cette conception d'agriculture urbaine.
Nous remettons tout d'abord en question le fait que l'agriculture urbaine aurait pour objectif de reconnecter l'urbain et l'agricole. Cela présuppose qu'il n'y aurait plus de relations durant la modernité entre l'agricole et l'urbain. Or, comme le montre l'étude des aspects spatiaux, fonctionnels et sociaux de ces relations sous la modernité pour les cas de Genève et de Tokyo, ces relations existeraient toujours, voire même s'intensifieraient.
Nous cherchons aussi à montrer qu'il faut faire évoluer l'idée que l'agriculture urbaine étant le résultat de relations réciproques entre l'urbain et l'agricole, elle se devait d'être à la fois urbaine et agricole. Dans les faits, l'agriculture urbaine apparaît plus souvent comme un projet de l'urbain au bénéfice de celui-ci, que comme un projet partagé entre l'urbain et l'agricole.
Enfin, nous mettons en avant que l'agriculture urbaine n'aurait pas la capacité de reconnecter de façon effective l'agricole et l'urbain. Ainsi, l'agriculture urbaine n'est pas en mesure de se substituer aux dispositifs mis en place par la modernité. Elle ne peut rendre les villes autonomes en denrées alimentaires, établir des symbioses agro-urbaines ou remettre en question le système des filières agroalimentaires.
Dans ce contexte, nous défendons la thèse que la conception d'agriculture urbaine doit aujourd'hui évoluer vers celle de toshinogyo.
L'objectif est alors de rendre visibles les relations entre l'agricole et l'urbain. Les dispositifs mis en place sous la modernité n'ont pas eu pour effet de supprimer les relations entre l'urbain et l'agricole, mais de les rendre invisibles. Il s'agit aujourd'hui de leur redonner une visibilité. En devenant cette prise qui rend visibles ces relations, la toshinogyo ne serait alors plus tenue d'être urbaine et agricole à la fois, de même qu'elle ne s'opposerait pas aux dispositifs modernes, mais en serait complémentaire.
Dans le contexte Genevois, le passage de l'agriculture urbaine à la toshinogyo est loin d'être encore évident. Dans le cas de Tokyo, l'optique de la toshinogyo est clairement affirmée et pourrait alors donner des amorces de pistes à suivre.
Mots-clé
agriculture, agriculture urbaine, Genève, Tokyo, urbanisme, Edo
Création de la notice
23/04/2015 10:37
Dernière modification de la notice
13/05/2019 11:41
Données d'usage