Endométriose pelvienne sévère : étude comparative de la symptomatologie clinique et de l'extension des lésions observées en IRM et en laparoscopie.

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_864E7E3DA577.P001.pdf (1263.78 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_864E7E3DA577
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Titre
Endométriose pelvienne sévère : étude comparative de la symptomatologie clinique et de l'extension des lésions observées en IRM et en laparoscopie.
Auteur(s)
SUNIER C.
Directeur(s)
MATHEVET P.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2015
Langue
français
Nombre de pages
32
Résumé
INTRODUCTION: L'endométriose pelvienne est une affection gynécologique potentiellement grave et relativement fréquente touchant des femmes jeunes. Les formes modérées et sévères sont caractérisées par l'implantation de tissu d'endomètre dans les organes pelviens. De plus, cette maladie peut être source de douleurs pelviennes invalidantes et d'infertilité. Actuellement, la symptomatologie est difficilement évaluée et corrélée au degré de sévérité de la maladie. L'IRM est l'imagerie de référence pour le diagnostic de l'endométriose et permet d'évaluer la localisation et l'extension des lésions. Cependant, le « gold standard » pour le diagnostic et la détermination de l'extension lésionnelle reste l'abord chirurgical par laparoscopie.
PATIENTES ET METHODES : Les patientes ont été sélectionnées selon les critères suivants : présenter une endométriose pelvienne modérée ou sévère selon la Classification AFSr et avoir été prise en charge au CHUV entre le 01.01.2012 et le 31.12.2014. Les critères d'exclusion comprennent un âge inférieur à 18 ans, les patientes ménopausées, les patientes n'ayant pas eu d'examen IRM ou d'intervention laparoscopique et les patientes refusant de participer à l'étude. Un tableau Excel est réalisé avec les données à analyser recherchées dans la littérature. Cette étude rétrospective se base sur l'analyse des dossiers électroniques des patientes ayant préalablement signé une feuille de consentement. La base de données ainsi accomplie permettra d'effectuer les différentes analyses statistiques et comparatives. RESULTATS : Les données concernant l'examen clinique étaient incomplètes, les résultats montrent néanmoins sa faible fiabilité. Concernant la symptomatologie, les troubles du cycle sont les plus fréquents suivis des troubles digestifs. En ce qui concerne la valeur diagnostique de l'IRM, une assez bonne sensibilité mais une mauvaise spécificité dans la détection des lésions en comparaison au gold standard qu'est la laparoscopie ont été mises en évidence.
CONCLUSION : La fiabilité de cette étude est faible de par le nombre de dossiers analysés et du nombre d'informations manquantes. Toutefois, elle s'inscrit dans les résultats déjà connus de la littérature. Finalement, il faudra attendre des progrès notamment dans le domaine de l'imagerie pour que l'IRM remplace la laparoscopie pour le diagnostic de l'endométriose.
Mots-clé
endométriose, IRM, laparoscopie, fiabilité
Création de la notice
01/09/2016 9:33
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:45
Données d'usage