Dépressivité maternelle au post-partum et symptomatologie du bébé à trois mois : l'effet modérateur de l'alliance familiale et de la satisfaction conjugale

Détails

Ressource 1Demande d'une copie Sous embargo indéterminé.
Etat: Serval
Version: de l'auteur
ID Serval
serval:BIB_8533AF56D26F
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Titre
Dépressivité maternelle au post-partum et symptomatologie du bébé à trois mois : l'effet modérateur de l'alliance familiale et de la satisfaction conjugale
Périodique
Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence
Auteur(s)
Favez N., Tissot H., Frascarolo F., Fivaz-Depeursinge E.
ISSN
0222-9617 (Print)
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2014
Peer-reviewed
Oui
Volume
62
Numéro
4
Pages
203-211
Langue
français
Résumé
Les troubles de l'humeur sont très fréquents dans la période périnatale. Ils se manifestent sous forme d'une humeur dépressive « sub-clinique » voire sous la forme d'une dépression post-partum avérée. Cette « dépressivité » provoque des perturbations des comportements de parentage, des troubles de la relation à l'enfant et débouchent sur des difficultés émotionnelles, cognitives et comportementales de l'enfant. Plusieurs facteurs peuvent néanmoins tempérer cet enchaînement. L'étude présentée dans cet article évalue dans quelle mesure l'alliance familiale et la satisfaction conjugale modèrent le lien entre dépressivité et développement de l'enfant. Cinquante-sept familles ont participé à l'étude avec leur bébé de trois mois. La dépressivité maternelle a été évaluée par entretien et par questionnaire. L'alliance familiale a été évaluée dans le Jeu Trilogique de Lausanne. La satisfaction conjugale et les symptômes de l'enfant sont rapportés par questionnaires par la mère. Les résultats montrent que (i) le niveau de dépressivité dans notre population est conforme à celui rapporté dans la littérature, (ii) il y a un lien entre dépressivité et difficultés de l'enfant, (iii) ces liens sont effectivement modérés par la satisfaction conjugale, qui joue le rôle de facteur protecteur, et par l'alliance familiale, qui joue le rôle de facteur aggravant. Ces résultats montrent qu'il est indispensable de tenir compte du contexte relationnel dans lequel la mère évolue, afin de pouvoir comprendre sous quelles conditions des troubles de l'humeur maternels vont affecter le développement de l'enfant.
Mots-clé
Dépressivité post-partum, Alliance familiale, Satisfaction conjugale, Développement de l'enfant, Coparentage
Création de la notice
05/03/2015 14:40
Dernière modification de la notice
03/03/2018 18:56
Données d'usage