Intestinal lamina propria fibroblasts - phenotype and function for IgA+ plasma cells

Détails

Ressource 1 Sous embargo jusqu'au 30/04/2021.
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_6502810935D6
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
Intestinal lamina propria fibroblasts - phenotype and function for IgA+ plasma cells
Auteur(s)
RENEVEY François
Directeur(s)
Luther Sanjiv
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2019
Langue
anglais
Résumé
Due to the continuous pressure of an extremely diverse and numerous microbiota in the gut lumen, the majority of immune cells of the body reside in the intestinal mucosa regulating the complex and delicate balance between effective immunological control of the microbiota and pathogens, the tolerance towards food antigens and commensals, and the preservation of tissue homeostasis. Among the various immune cells populating the mucosa, plasma cells (PC) are responsible for the production of the major antibody isotype secreted, namely IgA, which is crucial for preventing the entry of the microbiota into the body and for preventing tissue inflammation. In fact, IgA deficiency in mice and humans leads to an altered microbiota composition, or dysbiosis, and higher susceptibility to certain types of infections, highlighting the need for a constantly high IgA production by PC in healthy mammals. The sustained IgA production is maintained by the continuous development of new IgA+ PC, their migration into the intestinal lamina propria (LP), and the maintenance of IgA+ PC in this site allowing IgA secretion and transport into the gut lumen. Regarding their survival, PC are known to be particularly prone to die when extracted from their tissue and their survival is thought to be regulated by extracellular stimuli existing in limiting amounts and provided by a specialized microenvironment, called survival niche. Currently, the cell types and factors defining and regulating this niche for IgA+ PC are poorly defined. Therefore, the aim of this thesis was to explore the nature of this particularly important PC niche.
In this study, we show that intestinal collagen1α1+ podoplanin+ fibroblasts (iFB) form a dense and organized network throughout the LP making extensive physical contacts with all immune cells including IgA+ PC and constituting the main source of known PC survival factors including baff and cxcl12, besides being one of the april sources. I have established a new in vitro culture system mimicking the complex LP microenvironment where IgA+ PC reside in order to define the cells and factors that are critical for PC homeostasis. I observed that purified iFB as well as macrophages (M) are the LP cell types most efficient at promoting IgA+ PC survival and IgA production. Interestingly, they achieve PC survival in a synergistic and cell contact- dependent fashion. When screening for membrane-bound factors using inhibitors in our coculture system, I identified the surface protein CD44 as positive regulator of PC survival and IgA secretion. Using CD44-deficient cells CD44 was found to be important on the niche cells and even more on IgA+ PC. Finally, investigation of the
CD44-deficient mouse phenotype revealed that IgA+ PC are selectively reduced in number within the LP which correlated with an even greater defect in the levels of fecal IgA in comparison with wildtype mice, while IgA+ PC development in inductive sites, such as Peyer’s patches and mesenteric lymph nodes, seemed normal. Altogether, this study characterized the iFB network both histologically and functionally with a new level of detail and revealed that these cells are a major structural and functional component of the IgA+ PC niche allowing PC maintenance in a CD44-dependent fashion and in synergy with myeloid cells. These findings improve our understanding of how intestinal homeostasis and microbiome control is achieved and regulated, and should be of relevance for the development of oral vaccines that typically aim to induce a potent IgA response at mucosal surfaces.
--
Due à la pression constante du microbiome, une communauté impressionnante de cellules immunitaires colonise la muqueuse intestinale, régulant ainsi le délicat équilibre entre un contrôle immunitaire efficace du microbiome et une préservation de l’intégrité des tissus. Parmi les différents types cellulaires participant à l’homéostasie de l’intestin, les cellules plasma (PC) sont responsables de la production massive d’IgA qui régule directement la flore intestinale et participe à la défense contre les pathogènes entériques. En effet, une déficience dans la sécrétion d’IgA conduit à une altération de la composition du microbiome, appelée dysbiose, et une prédisposition à développer certaines infections entériques. La production soutenue d’IgA est maintenue grâce à la génération continue de nouvelles PC, leur migration dans la muqueuse intestinale et la survie de ces PC une fois dans leur site effecteur. Concernant leur survie, les PC sont connues pour être particulièrement sensibles à la mort cellulaire, ce qui implique qu’elles ont constamment besoin de stimulus, appelés facteurs de survie, provenant de leur environnement. Les cellules qui fournissent les facteurs de survie aux PC sont localisées dans des endroits restreints et spécialisés à cette fonction. On peut les trouver dans la moelle osseuse, la medulla des ganglions lymphatiques, et potentiellement l’intestin. Actuellement, les facteurs et les types cellulaires responsables de la survie des PC qui sécrètent les IgA dans l’intestin ne sont pas clairement identifiés.
Dans ce travail, je montre que les fibroblastes intestinaux (iFB), qui expriment le collagen11 et la podoplanin, forment une structure complexe à travers toute la lamina propria et contactent physiquement les cellules immunitaires, les PC compris. Je montre que les iFB sont une source importante d’ARN messagers de plusieurs facteurs de survie connus pour PC, comme baff et cxcl12, et participent aussi à la production de april. Dans des expériences de coculture, la survie des PC était améliorée quand elles étaient placées en coculture avec des iFB ou des macrophages (M). Lorsque les iFB et les M étaient associés, un effet synergétique a été mesuré sur la survie et la fonction des PC. De manière intéressante, l’effet des iFB/ M sur la survie des PC est dépendant du contact entre les PC et les iFB/ M et est en grande partie aboli après neutralisation de la protéine transmembranaire CD44. L’implication de CD44 dans ce processus a ensuite été confirmée en utilisant des PC isolées de souris déficientes pour CD44 (ou CD44KO). En effet, les PC CD44KO étaient plus sensibles à la mort cellulaire in vitro que les PC normales. De plus, j’ai pu montrer que les iFB/ M isolés de souris CD44KO avaient un effet sur la survie des PC réduit par rapport aux iFB/ M normaux. Finalement, l’investigation des souris déficientes pour CD44 a révélé que le nombre de PC était significativement réduit dans la muqueuse intestinale, alors que le développement des PC dans les sites inducteurs, tels que les plaques de Peyer ou les ganglions lymphatiques mésentériques, semblait normal. Cette étude met en lumière la structure tridimensionnelle que forment les iFB in vivo et révèle le nouveau rôle des iFB et des M dans la maintenance de la population de PC dans l’intestin ainsi que le rôle important de CD44 dans ce processus.
Création de la notice
04/04/2019 8:52
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:21
Données d'usage