Des limites de la mise en marché de l'environnement. Des services écosystémiques aux "banques de conservation"

Détails

ID Serval
serval:BIB_5CCA97370B51
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Titre
Des limites de la mise en marché de l'environnement. Des services écosystémiques aux "banques de conservation"
Périodique
Ecologie et politique
Auteur(s)
Boisvert V.
ISBN
9782356874559
ISSN
1166-3030 (Print)
2118-3147 (Online)
Statut éditorial
Publié
Date de publication
04/2016
Peer-reviewed
Oui
Numéro
52
Pages
63-79
Langue
français
Résumé
Depuis le milieu des années 1980, les politiques de conservation mettent en avant la valorisation économique de la biodiversité pour assurer sa protection. Son érosion est imputée à son défaut d'intégration au marché, en particulier à l'invisibilité de certaines de ses valeurs, qui ne se traduisent pas dans des prix. Au fil des années, les tentatives de confier la gestion de la biodiversité au marché se sont portées sur des objets différents et ont donné lieu à des arrangements institutionnels variés. Les propositions les plus récentes concernent la valorisation des services écosystémiques et des mécanismes de compensation pour la destruction d'habitats d'espèces protégées. Considérés par leurs promoteurs comme des instruments de marché et par leurs détracteurs comme des projets de financiarisation de la nature, ces dispositifs présentent pourtant des attributs marchands limités. La mise en économie de la biodiversité est un processus complexe dont les effets ne relèvent pas tous de la marchandisation.
Mots-clé
Biodiversité, instruments de marché, services écosystémiques, banques de conservation, marchandisation, financiarisation
Création de la notice
03/02/2016 16:49
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:15
Données d'usage