O40: Cannavaping : vapotage récréatif de stupéfiants ou nouveau mode d'administration de médicaments?

Détails

ID Serval
serval:BIB_5ADC0F629FF4
Type
Actes de conférence (partie): contribution originale à la littérature scientifique, publiée à l'occasion de conférences scientifiques, dans un ouvrage de compte-rendu (proceedings), ou dans l'édition spéciale d'un journal reconnu (conference proceedings).
Sous-type
Abstract (résumé de présentation): article court qui reprend les éléments essentiels présentés à l'occasion d'une conférence scientifique dans un poster ou lors d'une intervention orale.
Collection
Publications
Titre
O40: Cannavaping : vapotage récréatif de stupéfiants ou nouveau mode d'administration de médicaments?
Titre de la conférence
24e Congrès annuel de la Société Française de Toxicologie Analytique
Auteur(s)
Varlet Vincent, Concha-Lozano Nicolas, Berthet Aurélie, Thomas Aurélien, Augsburger Marc, Giroud Christian
Adresse
Perpignan, France, 1-3 juin 2016
ISSN-L
2352-0078
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2016
Peer-reviewed
Oui
Volume
28
Série
Toxicologie analytique et clinique
Pages
S30-S31
Langue
français
Résumé
Introduction: L'utilisation de cannabis thérapeutique est en augmentation dans les pays occidentaux, notamment grâce à son efficacité pour traiter plusieurs pathologies (sclérose en plaque, vomissements en chimiothérapie...). Toutefois, seuls sont disponibles des pilules de dronabinol (THC synthétique), des teintures alcooliques, des sprays oraux ou des vaporisateurs médicaux, présentant des inconvénients de concentration, contamination ou efficacité selon les formes galéniques [1]. Inspirée de la pratique illégale du « dabbing » (consommation fumée de condensats de cannabinoïdes extraits par butane [Butane Hashish Oil: BHO]), l'efficacité du « cannavaping », défini comme le vapotage d'e-liquides enrichis avec des cannabinoïdes (THC-A et THC), BHO inclus, a été étudié comme une alternative à l'administration de cannabis thérapeutique.
Méthodes: Cette évaluation a considéré la facilité de fabrication d'e-liquides enrichis en THC (et leur usage à but récréatif), la possibilité de générer des aérosols enrichis en THC sans pyrolyse et la formation de contaminants potentiellement toxiques, soit des composés organiques volatils (COVs) et des composés carbonylés, échantillonnés à l'aide de cartouches spécifiques et analysés par CL-SM/SM, CL-UV et CG/SM. Le BHO a été préparé en suivant des protocoles disponibles sur Internet à partir de cannabis médical (Bedrocan BV, The Netherlands), puis dilué à 3, 5 et 10 % dans des e-liquides commerciaux. Une machine à vapoter a été conçue et mise en place spécifiquement pour réaliser ces échantillonnages à partir d'e-dispositifs commerciaux (e-cigarette iTaste VV type, voltage variable de 3,5 à 5 V, clearomizers CE4+, 1,6 mL, 4 mèches).
Résultats: Les résultats ont montré que le « cannavaping » illégal serait sujet à un développement marginal à cause de la faible solubilité du BHO dans des e-liquides commerciaux (surtout ceux contenant beaucoup de glycérine), restreignant ainsi la fabrication d'e-liquides à hauts taux de BHO, adoptés par la plupart des consommateurs pour ressentir les effets psychoactifs plus rapidement. Des inhalations d'environ 100 bouffées de 70 mL (BHO dilué à 10 % dans l'e-liquide) étaient nécessaires pour atteindre une dose de THC équivalente à celle mesurée dans un joint de 800 mg (cannabis/tabac : 50:50). En revanche, le « cannavaping » thérapeutique pourrait être une alternative efficace pour l'administration de cannabinoïdes, car des e-liquides de concentrations moindres en cannabinoïdes sont requis. Cependant, les e-dispositifs pour le « cannavaping » thérapeutique doivent être soigneusement conçus pour minimiser une potentielle surchauffe et génération de contaminants (composés carbonylés, COV...). De même, les acteurs de santé publique devront considérer l'utilisation d'autres stupéfiants (amphétamines, cocaïne, drogues de synthèse...) qui pourraient être consommés via les nouveaux développements autour de l'e-cigarette, comme c'est le cas actuellement.
Mots-clé
Cannabis, Inhalation Exposure
Création de la notice
21/06/2016 10:29
Dernière modification de la notice
03/03/2018 17:31
Données d'usage