La romanisation en question: vaisselle céramique et processus d'acculturation à la fin de l'âge du Fer en gaule interne. Référentiel

Détails

Ressource 1Télécharger: La_romanisation_en question_Référentiel.pdf (82354.85 [Ko])
Etat: Serval
Version: Final published version
ID Serval
serval:BIB_511E54D72D42
Type
Livre: un livre et son éditeur.
Sous-type
Etudes (diverses) (collected works): recueil de publications d'un auteur donné ou traitant d'un thème donné.
Collection
Publications
Titre
La romanisation en question: vaisselle céramique et processus d'acculturation à la fin de l'âge du Fer en gaule interne. Référentiel
Auteur(s)
Barrier Sylvie
Editeur
Bibracte
Lieu d'édition
58370 Glux-en-Glenne
ISBN
978-2-909668-82-6
ISSN
1281-430X
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2014
Peer-reviewed
Oui
Volume
1
Numéro
25
Série
Bibracte
Langue
français
Nombre de pages
318
Notes
En ligne
Résumé
Fruit d’une thèse de doctorat, cet ouvrage se propose de comparer les rythmes et les modalités de l’acculturation des populations de Gaule interne, de la première moitié du iie s. av. J.-C. au début du ier siècle de notre ère au moyen de l’étude de la céramique fine, dont le répertoire évolue très rapidement pendant la période. Basée sur les données d’une vingtaine de sites urbains (oppida, capitales de cité, vici) répartis en trois aires géographiques (Centre, Est et Centre-Ouest), cette étude propose une présentation céramologique classique, mais aussi des modes d’analyse nouveaux comme le calcul d’un indice de romanisation pour évaluer et comparer le degré d’acculturation des ensembles retenus. Différentes méthodes statistiques, comme des sériations graphiques ou des analyses factorielles des correspondances, sont par ailleurs employées pour mettre en évidence les aspects qualitatifs du phénomène d’acculturation et décomposer son processus en trois niveaux principaux.
Illustrés par des tableaux synoptiques et par des cartes, les résultats des calculs d’indices de romanisation permettent d’identifier différents facteurs favorisant de manière évidente la romanisation de la vaisselle dite de table, comme la proximité de la Provincia, une localisation sur un axe majeur (Rhône/Saône, Loire) ou le dynamisme de grands centres d’échanges fréquentés par les mercatores romains (l’oppidum de Bibracte, notamment). Ces traitements statistiques permettent également de mettre en évidence des retards dans l’acculturation de certains peuples qui pourraient s’expliquer par leur hostilité envers Rome. Le phénomène est notamment illustré par les Helvètes, voisins de la Transalpina depuis 120 av. J.-C., dont la vaisselle fine est très peu romanisée avant l’intégration de ce peuple dans l’Empire, puis atteint rapidement après cet événement des niveaux particulièrement élevés.
L’auteur propose enfin des réflexions sur la portée réelle des phénomènes observés en termes de romanisation de la vie quotidienne, une mutation technique et stylistique des récipients n’impliquant pas forcément l’adoption de nouvelles pratiques alimentaires.

Mots-clé
Gallo-romains, Gaulois, Deuxième âge du Fer, Ier siècle av J-C, règne d’Auguste, Gaule, céramique romaine, céramique gallo-romaine, acculturation, romanisation, relations commerciales, relations culturelles, argile, statistique, histoire de l’archéologie, typologie, catalogue, AFC, analyse spatiale, sériation
Création de la notice
26/09/2017 16:02
Dernière modification de la notice
03/03/2018 17:10
Données d'usage