Mettre en mots avant de mettre au monde. Modalités temporelles de l'accompagnement psychosocial des femmes enceintes

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_39EE339BD0DE
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
Mettre en mots avant de mettre au monde. Modalités temporelles de l'accompagnement psychosocial des femmes enceintes
Auteur(s)
Ballif Edmée
Directeur(s)
Mottier Véronique
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Adresse
Faculté des sciences sociales et politiques (SSP)
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
français
Résumé
Ce travail s'intéresse aux reconfigurations contemporaines du gouvernement des grossesses, à partir du cas d'un service suisse romand d'accompagnement psychosocial des femmes enceintes, le Conseil en périnatalité. Si le processus de médicalisation des grossesses au cours du XXU,U siècle et la disciplinarisation des femmes enceintes, enjointes à surveiller leur comportement au nom de la santé de leur fœtus, ont été bien décrits dans la littérature en sciences sociales, les dispositifs visant à proposer une offre «psychosociale » complémentaire au suivi centré sur le corps des femmes enceintes sont moins connus. Cette thèse propose donc d'en explorer les enjeux en décrivant les pratiques des professionnelles du Conseil en périnatalité et les représentations de la grossesse mobilisées dans ce contexte. L'enquête repose sur une approche originale qui combine et fait dialoguer démarche ethnographique (analyse des pratiques observées) et analyse de discours. Les données ont été produites par un travail ethnographique de deux ans qui a permis de documenter les différentes activités pratiques et discursives des sages-femmes et assistantes sociales du Conseil en périnatalité par le biais d'observations, d'entretiens et de collecte de documents. L'analyse des données vise à mettre en lumière en particulier les modalités temporelles des pratiques professionnelles en périnatalité, mais également les multiples formes de pouvoir en jeu dans le travail d'accompagnement notamment à travers la naturalisation des catégories de sexe. Il en ressort que les sujets de l'accompagnement (femmes enceintes, hommes, fœtus) sont insérés dans des enjeux de temporalité paradoxaux : les consultations agissent comme un dispositif qui construit la grossesse comme un temps extra¬ordinaire régi par ses propres règles, tout en évaluant ce présent à l'aune du futur, dans une logique de risques. Si une forme de disciplinarisation peut être identifiée dans la transmission aux parents de normes médicales, l'accompagnement est également l'occasion pour les professionnelles en périnatalité d'exercer un pouvoir pastoral sur leur public en prenant soin des futurs parents et en les guidant. Enfin, le travail montre comment, malgré un discours officiel neutre en termes de genre, ce que j'appelle le gouvernement psychosocial des grossesses repose sur une représentation sexuée des rôles parentaux qui reproduit le positionnement des femmes comme les premières responsables de l'avenir de leur fœtus.
--
This dissertation explores contemporary transformations in the government of pregnancy through a case study of the "Conseil en périnatalité" ("Périnatal Counsel"), a unit offering psychosocial counselling to pregnant women in French-speaking Switzerland. Previous social science research has highlighted the increasing medicalization of pregnancy in Western countiies in the course of the 20'1' century, as well as its corollary: the disciplinarisation of pregnant women. However, institutions providing "psychosocial" support to pregnant women in parallel to médical antenatal care have remained understudied. This dissertation undertakes to explore what I call the "psychosocial government of pregnancy" through an analysis of the activities and discourses on pregnancy deployed within the Conseil en périnatalité. My research design thus combined an ethnographie analysis of practices with discourse analysis of textual data ranging from institutional documents to discursive interactions between counselors and future parents. Both types of data were collected in the course of two-year ethnographie fieldwork (2011 -2013) which documented the various practical as well as discursive activities of the midwives and social workers of the Conseil en périnatalité, through observations, interviews and documentary research. The dissertation highlights the various temporal modes that organize professional practices in the Conseil en périnatalité, as well as theforms of power that are at play within the counselling activities, in particular those that resuit from the naturalization of gender catégories. My results show that the subjects of the government of pregnancy (pregnant women, men, fetuses) are constructed in relation to competing temporal imperatives: pregnancy is represented during counselling appointments as an "extra-ordinary" time to justijy specific rules of behavior apply, whereas the present is evaluated in terms of risks depending on what future it might lead to. I argue that disciplinarisation orient the transmission of médical and social norms to future parents, in ways that are clearly gendered. Counselling sessions also serve to guide and take care of future parents — as aform of what Foucault called "pastoral power". Overall, this thesis demonstrates that, in spite of its officiai rhetoric which daims to be gender-neutral, the psychosocial government of pregnancy relies on gendered représentations of parental rôles which position women as the primary agent with i égard to responsibility for the future of their fétus, well before the moment of birth itself.
Création de la notice
04/09/2017 9:52
Dernière modification de la notice
20/08/2019 13:29
Données d'usage