"Severe pelvic injury: vascular lésions detected by ante- and post- mortem contrast medium-enhanced CT and associations with pelvic fractures "

Détails

Ressource 1Télécharger: Thèse Mahmoud HUSSAMI-OK.pdf (1482.53 [Ko])
Etat: Serval
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_2BE415959D9C
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
"Severe pelvic injury: vascular lésions detected by ante- and post- mortem contrast medium-enhanced CT and associations with pelvic fractures "
Auteur(s)
HUSSAMI Mahmoud
Directeur(s)
Schmidt Sabine
Codirecteur(s)
Grabherr Silke
Institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Adresse
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
anglais
Résumé
L'objectif de cette étude est de comparer, sur les examens CT (computed tomography) pré et post mortem, les sources de saignements pelviens et les fractures pelviennes associées dans un contexte de traumatisme pelvien sévère.
Méthode:
Nous avons inclus de manière retrospective deux différents groupes de traumatismes pelviens avec hémorragie active détectée par CT. Quarante-neuf CT de patients polytraumatisés ont été inclus dans le premier groupe; le second groupe comprend 45 angio-CT post-mortem en phases multiples MPMCTA.
Chaque examen a été relu conjointement et en aveugle par deux radiologues, en determinant l’origine artérielle ou veineuse des saignements et leur localisation. Pour chaque cas, les fractures pelviennes ont été documentées et classées en rapport avec leur sévérité selon la classification de Tile.
Résultats:
Chacun des 49 patients polytraumatisés présentait une ou plusieurs hémorragies d’origine artérielle alors qu’aucune hémorragie d’origine veineuse n’ait pu être détectée. Une angiographie conventionnelle était réalisée immédiatement (<24h), confirmant ou non le saignement actif. Chez 42 (85%) patients, au moins une fracture de l’anneau pelvien était visible.
Dans le groupe des 45 cadavres, 41 hémorragies artérielles (73%), 35 veineuses (78%) ainsi que 41 fractures pelviennes (91%) étaient confirmées sur la relecture des examens MPMCTA.
Le site de fractures pelviennes dans le groupe cadavres correlait significativement avec 10 artères et 6 veines lésées, respectivement. A l’opposé, dans le groupe de patients, nous avons retrouvé uniquement 5 sites de correlation entre la fracture pelvienne et l’hémorragie artérielle.
Dans le groupe de cadavres, le nombre d’hémorragie artérielle, corrélait significativement avec la sévérité de la fracture pelvienne selon la classification de Tile, contrairement au saignements d’origine veineuse.
En conclusion, dans un contexte de traumatisme pelvien il existe une correlation statistiquement significative entre le site vasculaire lésé et la fracture étant à l’origine du saignement. De plus, la technique récente d’angio-CT post-mortem en phases multiples a permis de révéler plusieurs saignements veineux, alors que aucune hémorragie veineuse n’ai pu être visualisée lors les acquisitions CT dans le groupe des patients aux urgences. De futures recherches dans le but d’évaluer la proportion des saignements veineux sur l’ensemble des hémorragies pelviennes ainsi que leur implication clinique seraient d’un intérêt certain.
Création de la notice
30/05/2017 12:27
Dernière modification de la notice
03/03/2018 15:26
Données d'usage