Utility of the Clue. Formalisation of the decision to analyse a trace and insights into the evaluation of the investigative contribution of forensic science

Détails

Ressource 1Télécharger: thèse_OK.pdf (1972.46 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_2375A5A1877A
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Titre
Utility of the Clue. Formalisation of the decision to analyse a trace and insights into the evaluation of the investigative contribution of forensic science
Auteur(s)
Bitzer S.
Directeur(s)
Delémont O.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de droit, des sciences criminelles et d'administration publique
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
anglais
Résumé
Although providing significant contribution to the investigation and the prosecution, the effectiveness of forensic science has been challenged by several studies, indicating that it is either scarcely used and thus not relevant, or when it is used, its effects on case processing are minor. The majority of the studies focussed on an understanding of forensic science as the application of scientific techniques to the matters of court. Consequently, the contribution of forensic science was determined for judicial steps of the criminal justice process, such as suspect arrest, charging or conviction. The proposed remedies for its infrequent use or alleged ineffectiveness focussed mainly on technical developments or managerial guidelines.
The concept of utility of the clue, defined as added value in terms of information gained through the analysis of the trace, is suggested to be used in two manners:
1) as decision factor in the decision to analyse a trace, and 2) as performance measurement indicator to assess the contribution of forensic science in the criminal investigation. Through the applied methodology, combining both quantitative and qualitative approaches, it was possible to formalise the decision-making process, with a particular focus on the decision to analyse a trace. In addition, the factors influencing this latter step could be determined.
In a first study, the crime scene attendance strategies of burglaries in three Swiss cantons were determined to be very variable and depending on the organisation, the resources and the constraints in place (Neuchâtel, Genève et Vaud, study period 2012–2013). Then, the analysis rates for different types of traces were compared, and it could be concluded that, except for biological traces, most triaging occurs already at the crime scene based on visible, qualitative aspects, including the pertinence and the expected utility of the traces. Furthermore, an additional comparative study was carried out to determine the analysis strategies depending on the type of offence. Analysis rates of biological traces for burglary, robbery and homicide cases in the canton Vaud in the same study period were examined. In burglaries, the selection of traces for analysis is anticipated to the collection stage, as nearly all collected traces are analysed. However, the number of collected traces per case is low. In contrast to homicides, where a large number of traces is collected, a more severe triaging procedure is performed. Due to the small number of cases per year, this type of cases was nonetheless not chosen as study object. Robberies appeared to be a hybrid form regarding trace processing between burglaries and homicides and thus a good compromise for the in-depth study of the decision to analyse a trace.
Through decision tree modelling, the factors influencing the decision to analyse a trace and the decision to analyse a trace first were determined considering robbery cases. Indeed, the utility dimension influences this decision, as the consideration of previous information, whether through trace analysis or police enquiry, is taken into account in the statistical models. Contrary to the recurrent findings in the literature, financial aspects of the analysis and physical elements of the trace (the type of biological trace and the matrix it was recovered from) could not be confirmed to influence these decisions in a uniform way.
Evaluating the contribution of forensic science to the criminal justice system was performed by extending the application of the concept of utility to an assessment of the contribution of the clues a posteriori, once all analyses have been performed and the results of the analyses are known. The predominantly recognised dimension of utility is for identification purposes. Contrarily to the literature findings, the principal aim is thus not to build a case against (an already known) suspect, i.e. confirmation, but to contribute new information. This result might be a consequence of the favourable context for DNA analysis in Switzerland, where a trace analysis is performed within several days. Other than identification and confirmation, which are mainly valid for biological traces and fingermarks, a panoply of dimensions of utility could be observed for all types of traces: linking cases, determination of the implication of suspects in collective crimes, reconstruction of events, aid in the legal qualification of the case, exclusion of suspects, catalyst of information in the enquiry (e.g. in interrogations), catalyst of traces during the crime scene investigation.
This study has shown that when recognising the role and integration of forensic science as equal partner in the criminal justice process, starting at the crime scene and centring around the trace as vector of information, the use of forensic science can substantially contribute to the criminal investigation showcasing a panoply of dimensions of the utility of the clue. This starts by acknowledging the decision-making process regarding trace processing, filtering out traces along every step, highlighting the benefits of an approach completely integrating the different aspects of the criminal enquiry.
--
L’efficacité de la science forensique a été remise en question par plusieurs études, relevant qu’elle n’est soit que très peu utilisée ou que, lorsqu’elle est utilisée, son impact est négligeable. La majorité de ces études démontre une compréhension de la science forensique comme étant une application de techniques scientifiques à des fins judiciaires. Par conséquent, l’évaluation de la contribution de la science forensique s’est limitée à l’impact aux étapes judiciaires de la procédure criminelle, notamment l’arrestation du suspect, sa mise en accusation ou sa condamnation. Les remèdes proposés contre l’usage peu fréquent ou l’inefficacité présumée se concentrent tous sur des développements techniques ou des directives managériales.
L’utilité des indices, définie comme plus-value en terme d’information acquise par l’analyse de la trace, est proposée comme facteur déterminant pour la décision d’analyser une trace ainsi que comme indicateur de la contribution de la science forensique dans l’enquête criminelle. La méthodologie appliquée, combinant des approches quantitative et qualitative, a permis une formalisation du processus déci- sionnel, avec une emphase sur la décision d’analyser une trace et la détermination des facteurs influençant cette décision.
Une première étape consistait en l’étude des stratégies d’intervention de scène de crime des unités forensiques dans trois cantons suisses (Neuchâtel, Genève et Vaud, période d’étude: 2012–2013). Il a été constaté que ces stratégies sont très variables et dépendent entre autres de l’organisation, des resources et des contraintes en place. Ensuite, les taux d’analyses de différents types de traces ont été comparés et il a pu être conclu que, à l’exception des traces biologiques, le tri des traces à analyser est déjà anticipé lors de l’investigation de scène de crime. Cette sélection se fait sur la base des aspects visibles, qualitatifs des traces, dont la pertinence et l’utilité présumée. De plus, une étude a été effectuée afin d’identifier les différences concernant les taux d’analyse des traces biologiques en fonction du type de délit investigué. Les taux d’analyse des cas de cambriolages, brigandages et homicides dans le canton de Vaud ont été examinés. En ce qui concerne les cambriolages, presque l’entièreté des traces prélevées est analysée, ce qui corrobore le constat que la décision d’analyser une trace est anticipée et prise au moment du prélèvement de la trace. Cependant, le nombre de traces prélevées par cas est relativement bas pour ces cas, en comparaison au cas d’homicides. En effet, pour ces cas, un grand nombre de traces est prélevé, par contre, une étape de tri plus sévère est effectuée au moment de la décision d’analyser. Ce type de délit aurait pu alors faire l’objet d’une étude plus approfondie, toutefois le nombre de cas par année étant relativement bas, la procédure de collecte de données aurait été difficile. Les cas de brigandages constituent une forme hybride en ce qui concerne la stratégie d’analyse entre les cas de cambriolages et les cas d’homicides. Donc, ces cas ont été sélectionnés pour l’étude approfondie de la décision d’analyser une trace.
Le premier objectif principal consistait en la formalisation et la détermination des éléments influençant la décision d’analyser une trace biologique dans les cas de brigandages. Par des modèles statistiques, des arbres décisionnels, les facteurs influençant la décision d’analyser une trace et la décision d’analyser une trace en premier ont pu être déterminés. Comme la dimension d’utilité a une influence sur ces décisions, ces modèles statistiques sont pertinents car ils permettent de tenir compte de l’information préalable considérée, que ce soit par le biais de l’enquête ou d’une exploitation préalable d’autres traces. Contrairement à ce qui est énoncé dans la littérature, les facteurs financiers et les aspects physiques de la trace (type et matrice de trace biologique) ne se sont pas révélés être des éléments décisifs pour la décision d’analyser une trace dans ce type de délits.
L’évaluation de la contribution de la science forensique dans le processus judiciaire a été le second objectif principal. Elle a été réalisée par l’application du concept d’utilité, par extension, à l’appréciation de l’utilité a posteriori des indices, après l’analyse des traces et l’obtention des résultats de ces analyses. L’utilité première se concentre sur l’identification d’un suspect. Contrairement aux résultats énoncés dans la littérature, l’objectif principal n’était donc pas de bétonner le cas autour d’un prévenu déjà connu, mais plutôt de fournir de nouvelles informations. Ce résultat doit être considéré dans le contexte suisse qui est favorable aux analyses ADN, les résultats d’analyses étant disponibles en quelques jours. Au-delà des dimensions d’utilité d’identification et de confirmation, qui prévalent surtout pour les traces biologiques et les traces digitales, une panoplie de variantes de dimensions d’utilité a pu être constatée: création de liens entre affaires, détermination de l’implication de suspects dans un délit collectif, reconstruction des événements, aide à la qualification légale du cas, exclusion de prévenu(s), catalyseur d’information dans l’enquête (par exemple lors de l’audition), catalyseur de traces lors de l’investigation de scène de crime.
Cette étude a montré que par la reconnaissance de son rôle et de son intégration comme participant à part entière dans la procédure criminelle, initiée dès la scène de crime et centrée sur la trace comme vecteur d’information, la science forensique peut contribuer de manière cruciale à l’investigation criminelle comme en témoigne sa panoplie de dimensions d’utilité. Ceci passe par une valorisation des différents processus décisionnels qui influent sur l’exploitation du potentiel informatif des traces, en particulier la sélection des traces à analyser. Cela met en lumière les bénéfices d’une approche pleinement intégrée dans les différentes dimensions de l’enquête criminelle.
Création de la notice
28/08/2016 15:31
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:01
Données d'usage