Glenn Close dans Damages : de “gorgone démoniaque” à mère infanticide

Détails

ID Serval
serval:BIB_19BA7290666F
Type
Partie de livre
Sous-type
Chapitre: chapitre ou section
Collection
Publications
Titre
Glenn Close dans Damages : de “gorgone démoniaque” à mère infanticide
Titre du livre
L’Âge des stars : des images à l’épreuve du vieillissement
Auteur(s)
Berton Mireille
Editeur
L’Âge d’Homme
Lieu d'édition
Lausanne
ISBN
978-2-8251-4599-9
Statut éditorial
Publié
Date de publication
15/01/2018
Editeur scientifique
Courcoux Charles-Antoine, Le Gras Gwénaëlle, Moine Raphaëlle
Pages
58-74
Langue
français
Résumé
Connue dès les années 1980 pour incarner à l’écran des femmes sulfureuses, tyranniques ou manipulatrices, Glenn Close aurait trouvé dans la série télévisée Damages un rôle à la mesure de sa réputation : elle est Patty Hewes, une redoutable avocate new-yorkaise prête à tout pour remporter ses procès. Si le vieillissement de Glenn Close permet à Damages d’exploiter son aura de « gorgone démoniaque », il est également mis au service d’un discours qui stigmatise la masculinité psychique et le féminisme de Patty Hewes, alors située en opposition à Ellen Parsons (Rose Byrne), une héroïne post-féministe encline aux compromis avec le patriarcat. Afin de cerner de plus près ce personnage, on propose dans un premier temps d’examiner la réception critique qui considère régulièrement Glenn Close comme une actrice atypique jouant avec les frontières de genres. Dans un second temps, on fera appel à la mythologie, à la psychanalyse et à l’histoire des mouvements féministes afin de souligner la manière dont le texte sériel construit la figure d’une mère infanticide obsédée par sa lutte contre le patriarcat – le vieillissement de Glenn Close favorisant la mise en équation entre maturité, identité queer et criminalité.
Glenn Close, who had a well-established reputation for portraying notorious, tyrannical and manipulative women on screen as early as the 1980s, seems to have found a part that befits her persona in the TV series Damages : she stars as Patty Hewes, a formidable New York lawyer who stops at nothing to win her lawsuits. The aging of Close allows Damages to tap her aura as a demonic virago figure while also being put to the service of an outlook that stigmatizes Patty Hewes' feminism and psychic masculinity. She is thus contrasted to Ellen Parsons (Rose Byrne), a post-feminist protagonist willing to compromise with patriarchy. In order to understand more precisely this complex character, I will start by examining the critical discourse surrounding Glenn Close's career, one of the leitmotiv of it being that she is an atypical actress who pushes gender boundaries. As a second step, I will mobilize mythology and psychoanalysis as well as the history of feminist movements in order to highlight the way the series builds the figure of an infanticide mother caught in an obsessive fight against patriarchy, the aging of Glenn Close enabling the equivalence between maturity, criminality and a queer identity.

Mots-clé
TV series, Glenn Close, Star Studies, Damages, phallic woman, queer, postfeminism, psychoanalysis, mythology, critical discourse, infanticide mother,
Création de la notice
20/07/2018 20:07
Dernière modification de la notice
21/08/2019 6:17
Données d'usage