Analyse du diagnostic du diabète de type 1 en Afrique subsaharienne

Détails

Ressource 1 Sous embargo indéterminé.
Accès restreint UNIL
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
Document(s) secondaire(s)
Sous embargo indéterminé.
Accès restreint UNIL
Etat: Public
Version: de l'auteur⸱e
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_E84460182C5A
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Analyse du diagnostic du diabète de type 1 en Afrique subsaharienne
Auteur⸱e⸱s
LE BEC E.
Directeur⸱rice⸱s
BERAN D.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2019
Langue
français
Nombre de pages
28
Résumé
Bien qu'étant l'une des pathologies endocriniennes les plus courantes en pédiatrie le diabète de type 1 (DM 1) n'a qu'une incidence estimée très faible en Afrique subsaharienne. 20 à 1 00% des cas s'y déclarent sous la forme d'une acido-cétose diabétique (DKA) contre 20-30% en Europe avec une mortalité associée très élevée. Il existe comme pour plusieurs pathologies auto immunes, un gradient nord sud probablement d'ordre génétique Plusieurs auteurs mettent en lien cette très faible incidence avec un sous diagnostic systématique. De nombreux éléments étayent cette hypothèse, notamment le manque de matériel et de personnel soignant ainsi que les difficultés d'accès au système de santé L'erreur diagnostic serait également un facteur important.
Pour étudier la complexité du diagnostic du DM1 des vignettes représentatives d'enfants présentant un diabète inaugural avec une acido-cétose diabétique ont été créées et ont permis de retracer le parcours potentiel de ces patients de l'apparition des symptômes à domicile jusqu'à la mise en place d'un traitement à long terme.
Lors de cette analyse, nous avons identifié quatre obstacles majeurs: Premièrement, l'accès au système de santé qui sous entend de la part des familles la décision de recours aux soins un moyen de transport et des ressources financières Deuxièmement, une fois le patient arrivé dans la structure de soins, la complexité d'établir un diagnostic en raison de l'absence de matériel et la grande variation dans la présentation clinique du DKA qui évoque un large diagnostic différentiel comprenant le paludisme, la méningite et la pneumonie pathologies nettement plus fréquentes en Afrique sub saharienne que le DM1. Troisièmement, l'incertitude de bénéficier d'un traitement d'urgence adapté. Enfin l'absence de toute garantie d'un suivi médical et d'un accès à long terme à l'insuline deux éléments complexes pour une population devant souvent rationner matériel et insuline ne bénéficiant pas ou très peu d'éducation thérapeutique, sans possibilité de recourir aux nouvelles technologies, étant en plus confrontée à une forte pénurie d'endocrinologues pédiatres.
Il est possible d'améliorer le diagnostic du DM1 en sensibilisant les cliniciens et la population à ses symptômes spécifiques ou en installant des glycomètres capillaires dans toutes les cliniques, mais la plupart de ces mesures représentent un coût important et ne constituent pas une priorité des programmes de santé actuels. Il existe néanmoins une bonne opportunité d'y remédier en intégrant à moyen terme les patients aux structures de prise en charge des maladies métaboliques et cardiovasculaires, pathologies qui vont connaître une augmentation massive dans le continent africain les prochaines années en lien avec le changement de mode de vie de la population
Mots-clé
Afrique subsaharienne, diabète de type 1, diagnostic différentiel, santé publique
Création de la notice
07/09/2020 10:31
Dernière modification de la notice
04/02/2021 7:25
Données d'usage