Améliorer la prescription d'un traitement hypolipémiant lors d'un syndrome coronarien aigu: absence de benefice d'une alerte automatique.

Détails

ID Serval
serval:BIB_95FA5F0D3E59
Type
Actes de conférence (partie): contribution originale à la littérature scientifique, publiée à l'occasion de conférences scientifiques, dans un ouvrage de compte-rendu (proceedings), ou dans l'édition spéciale d'un journal reconnu (conference proceedings).
Sous-type
Poster: résume de manière illustrée et sur une page unique les résultats d'un projet de recherche. Les résumés de poster doivent être entrés sous "Abstract" et non "Poster".
Collection
Publications
Institution
Titre
Améliorer la prescription d'un traitement hypolipémiant lors d'un syndrome coronarien aigu: absence de benefice d'une alerte automatique.
Titre de la conférence
80. Jahresversammlung der Schweizerischen Gesellschaft für Allgemeine Innere Medizin
Auteur(s)
Genoud M., Hugli O., Rodondi N., Vogt P., Bardy D., Anex C., Dartiguenave F., Lamy. O. 
Adresse
Basel, Schweiz, 23.-25. Mai 2012
ISBN
1424-4985
ISSN-L
1424-4977
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2012
Volume
12
Série
Swiss Medical Forum = Forum Médical Suisse
Pages
58S-59S
Langue
français
Résumé
Introduction: Seulement 25-30% des patients avec syndrome
coronarien aigu (SCA) atteignent les valeurs cibles de LDL-cholestérol
(LDL-C) dans leur suivi. L'objectif de cette étude pré/post est de tester
une alerte automatique centralisée pour améliorer les pratiques. L'alerte
apparaît sur les feuilles de laboratoire pour tous les patients ayant une
troponine >= 0,1 microg/l; elle précise notamment les recommandations
en matière de profil lipidique (LDL-C cible) à atteindre.
Méthode: Tout patient admis au CHUV pour un SCA avec troponine >=
0,1 microg/l était éligible. Durant les 2 phases de l'étude (du 23.11.2008
au 15.08.201), un bilan lipidique complet a été dosé à l'admission et à
3 mois. La phase 1 (pré) était observationnelle et le message d'alerte
a été introduit pour la phase 2 (post).
Résultats: Phase 1: 157 patients dont 56 (35%) étaient déjà traités par
une statine: 114 hommes (âge moyen 62 ans) et 43 femmes (73 ans).
LDL-C moyen: 3,4 ± 1,0 mmol/l à l'admission et 2,4 ± 0,8 mmol/l à
3 mois (p <0,001).
Phase 2: 140 patients dont 42 (30%) étaient déjà traités par une statine:
116 hommes (62 ans) et 24 femmes (67 ans). LDL-C moyen: 3,4 ±
1,1 mmol/l à l'admission et 2,2 ± 1,0 mmol/l à 3 mois (p <0,001). 66 %
(104 patients) atteignent un LDL-C cible < = 2,6 mmol/l à 3 mois lors de
la phase 1, versus 78% (110 patients) lors de la phase 2 (p = 0,2). Les
patients déjà sous statine à l'admission ont une faible diminution du
LDL-C à 3 mois (de 2,8 à 2,5 mmol/l phase 1, p <0,05; de 2,5 à 2,6
mmol/l phase 2, p = 0.2), alors que les patients chez qui une statine est
introduite à l'admission ont une baisse significative et plus importante
du LDL-C à 3 mois (de 3,8 à 2,3 mmol/l phase 1, p <0,001; de 3,7 à
2,1 mmol/l phase 2, p <0,001) que les patients déjà sous statine au
préalable.
Conclusion: La phase observationnelle montre un taux élevé de
patients atteignant un LDL-C cible à 3 mois.
L'introduction d'une alarme automatique centralisée n'a pas permis
d'améliorer ces résultats. Par contre, les patients arrivant à l'hôpital
avec un SCA et étant déjà sous statine devraient avoir une
intensification de leur traitement.
Création de la notice
24/01/2013 11:28
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:58
Données d'usage