Prédiction de l'efficacité des orthèses d'avancement mandibulaire par un test de stimulation électromagnétique des nerfs phréniques

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 3480 M. Staubli.pdf (1436.92 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_102FC5435484
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Prédiction de l'efficacité des orthèses d'avancement mandibulaire par un test de stimulation électromagnétique des nerfs phréniques
Auteur⸱e⸱s
STAUBLI S.
Directeur⸱rice⸱s
HEINZER R.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
français
Nombre de pages
30
Résumé
Abstract
Contexte : Le syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS) est une maladie causée par les obstructions répétitives des voies respiratoires supérieures suite à un collapsus du pharynx durant le sommeil. Le traitement de choix proposé aujourd'hui est la ventilation par pression positive (CPAP - Continuous positive airway pressure), cependant son côté « contraignant » peut diminuer la compliance du patient à utiliser cette machine. Pour cette raison, d'autres options thérapeutiques ont été développées telles que l'orthèse d'avancement mandibulaire (OAM). Il s'agit d'un dispositif composé de deux gouttières dentaires qui permettent de garder la mandibule en avant pendant le sommeil. Le fait d'avancer la mandibule permet de tirer la langue vers l'avant et de diminuer ainsi le risque d'obstruction pharyngée nocturne. Les OAM ne se montrent toutefois efficaces que chez certains patients et il est actuellement impossible de prédire le succès de ce traitement avant de l'avoir fait confectionner sur mesure. Dès lors, il serait important de pouvoir bénéficier d'un test qui permettrait de prédire l'efficacité de ce traitement. Par ailleurs, il a été montré que la stimulation électromagnétique des nerfs phréniques durant l'éveil pouvait reproduire une obstruction du pharynx en dissociant l'activité des muscles inspiratoires et celle des muscles dilatateurs des voies aériennes supérieures. But : Nous proposons de déterminer l'amélioration du flux d'air inspiratoire avec avancement mandibulaire lors d'une stimulation phrénique pendant l'éveil. Un test plus simple d'atténuation du ronflement avec avancement volontaire de la mandibule serait également effectué
Matériel et méthodes : Nous avons recruté 15 patients ayant été équipés d'une OAM pour un SAOS. L'efficacité du traitement a été évaluée par deux polygraphies respiratoires nocturnes avec et sans le port de l'OAM. Parallèlement, nous avons effectué une évaluation diurne à l'aide de deux tests : une inspiration involontaire par stimulation électromagnétique des nerfs phréniques avec et sans avancement mandibulaire afin de déterminer l'amélioration du flux d'air en fonction de la position mandibulaire. Un deuxième test évaluant la diminution de l'intensité du ronflement volontaire avec l'avancement de la mandibule a également été effectué.
Résultats : Le test de stimulation électromagnétique des nerfs phréniques n’a pas été capable de prédire l'efficacité des orthèses d'avancement dans le traitement du SAOS. L’intensité du ronflement n’a pas démontré de variation significative avec avancement mandibulaire.
Conclusion : Un suivi plus intensif des patients bénéficiant d’une OAM et de nouvelles études à la recherche d’autres prédicateurs de l’efficacité des OAM nous paraissent nécessaire pour augmenter la probabilité de réussite de ce traitement.
Mots-clé
Syndrome d'apnée obstructive du sommeil, orthèse d'avancement mandibulaire, stimulation magnétique des nerfs phréniques, prédiction d'efficacité
Création de la notice
06/09/2017 10:57
Dernière modification de la notice
20/08/2019 13:37
Données d'usage