Naissance d'une discipline. Sur la « séparation » des études théâtrales d'avec les études littéraires

Details

Ressource 1Download: 2020 BIONDA Naissance d’une discipline.pdf (593.52 [Ko])
State: Public
Version: Final published version
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_FA516A95D489
Type
Article: article from journal or magazin.
Publication sub-type
Minutes: analyse of a published work.
Collection
Publications
Institution
Title
Naissance d'une discipline. Sur la « séparation » des études théâtrales d'avec les études littéraires
Journal
Acta fabula
Author(s)
Bionda Romain
ISSN
2115-8037
Publication state
Published
Issued date
06/2020
Peer-reviewed
Oui
Volume
21
Number
6
Language
french
Notes
Dans le dossier 58 d'Acta fabula, intitulé «Les études théâtrales à l'intersection des disciplines», dir. R. Bionda et A. Maignant
Abstract
Cet article discute l’hypothèse principale de Genèses des études théâtrales en France (XIXe-XXe siècles) (PUR, 2019), explicitement opposée au «récit de genèse qui circul[e] parmi les chercheurs», selon lequel les études théâtrales seraient nées d’une «séparation» d’avec les études littéraires. Catherine Brun, Jeanyves Guérin et Marie-Madeleine Mervant Roux posent en effet qu’un tel «récit de genèse» s’apparenterait à une «fable» : «Infondée, mais portée par le vif besoin qu’avait la jeune discipline d’imposer sa spécificité, la fable sur les origines fondamentalement anti-littéraires des études théâtrales s’est imposée.» Or si l’on doit absolument relativiser l’idée d’une «séparation», en effet, on gagnerait à se demander ce que veut dire «littéraire», de 1880 à nos jours, pour s’assurer que les fondements des études théâtrales ne sont pas «anti-littéraires». Car on doit rappeler une idée qui se trouve déposée au seuil de très nombreux ouvrages de la nouvelle discipline, bien avant sa fondation officielle et jusqu’à nos jours —idée que Genèses des études théâtrales en France laisse de côté : celle qu’on ne saurait lire comme de la «littérature» la «littérature dramatique» (cette dernière appellation tombe d’ailleurs progressivement en désuétude), qu’un texte de théâtre ne se lirait pas «comme un roman», ou du moins qu’on ferait bien de ne pas le lire comme tel si l’on désire étudier… le «théâtre». Quoi qu’on dise, il semble bien que les promoteurs des études théâtrales aient, avec constance, écarté de leur champ la lecture littéraire, c’est-à-dire non pas les textes ni même les «études littéraires», mais l’une des pratiques qui fonde la «littérature» au XXe siècle, dès lors que celle-ci n’est pas comprise dans son acception ancienne de «savoir des lettres» ni dans son acception plus récente de «belles-lettres», mais comme désignant plus spécifiquement l’art livresque de l’écriture. Sous cet angle, «la fable sur les origines fondamentalement anti-littéraires des études théâtrales» n’apparaît plus si «infondée». Bien que la question de la lecture (i.e. des manières de lire les textes) puisse sembler périphérique à qui s’occupe d’études théâtrales, elle s’avère ici d’importance.
Keywords
Etudes théâtrales, études littéraires, théâtre, littérature, lecture, lecture littéraire, Ubersfeld (Anne), Gouhier (Henri), Lanson (Gustave), Rigal (Eugène), Gaiffe (Félix), Faguet (Émile), Arnavon (Jacques), Dort (Bernard), Mervant-Roux (Marie-Madeleine), Guérin (Jeanyves), Brun (Catherine), Cohen (Gustave), Bablet (Denis), Scherer (Jacques), Sarrazac (Jean-Pierre), Basch (Victor), Souriau (Étienne), Esthétique générale, Esthétique théâtrale, Esthétique, Discipline universitaire, Historiographie, Texte de théâtre, Larthomas (Pierre), Dupont (Florence), Hubert (Marie-Claude), Jacquot (Jean)
Open Access
Yes
Create date
16/10/2019 18:52
Last modification date
30/06/2020 5:25
Usage data