Contention physique dans un service d'urgences Suisse

Details

Request a copy
Serval ID
serval:BIB_E5A2359E3B83
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Contention physique dans un service d'urgences Suisse
Author(s)
Beysard  Nicolas
Director(s)
Carron Pierre-Nicolas
Codirector(s)
Yersin  Bertrand
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Address
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Publication state
Accepted
Issued date
2016
Language
french
Abstract
Il s'agit d'une étude rétrospective monocentrique menée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV). L'objectif était d'établir les caractéristiques démographiques des patients ayant été physiquement contentionnés aux urgences et d'analyser la qualité de la documentation du protocole de contention. En effet, cela représente une privation de liberté très strictement encadrée par la loi. Enfin, l'administration concomitante d'une sédation chimique a été recensée. L'analyse des données a porté sur 2 années (2009 et 2010). Tout patient âgé de plus de 16 ans et admis aux urgences du CHUV du 1er janvier 2009 au 31 décembre 20 était éligible.
Durant la période analysée, près de 73'000 patients ont été admis aux urgences du CHUV. Parmi ceux- ci, 593 (0.81%) ont été contentionnés physiquement. Cette étude a mis en évidence deux catégories de patients : la première regroupe des patients jeunes sous l'influence dé substances psychoactives (alcool et/ou drogues) qui rentrent à domicile après une période d'observation aux urgences, la deuxième concerne des patients plus âgés présentant un état confusionnel et hospitalisés après leur séjour aux urgences. Pour l'ensemble de ces patients, plus de 30% des protocoles de contention étaient inexistants et parmi ceux remplis, plus de 70% étaient incomplets. Enfin, seul 36% des patients contentionnés physiquement ont reçu une contention chimique.
Ces résultats révèlent que cette pratique est courante, quasiment quotidienne. Certes, cela représente moins d'1% des patients admis. Mais face au risque de banalisation de cet acte pratiqué régulièrement, une formation continue en matière de gestion spécifique, notamment à la désescalade verbale, semble nécessaire auprès des équipes soignantes. Un rappel des règles institutionnelles et légales en matière de contention et de sa documentation devrait être périodiquement effectué. Plus largement, il apparaît que peu de patients bénéficient d'un traitement sédatif ou hypnotique concomitant, possiblement en raison des craintes de complications induites, alors même qu'il n'existe aucun registre des ces complications potentielles. Cette étude a permis d'établir une recommandation pour la pratique clinique, diffusée aux médecins des urgences afin d'améliorer les pratiques au quotidien dans un souci de garantir la qualité et la sécurité des soins aux patients.
Create date
10/03/2017 16:10
Last modification date
20/08/2019 16:09
Usage data