Étude des troubles respiratoires nocturnes en altitude

Details

Ressource 1 Under indefinite embargo.
UNIL restricted access
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_C6A33FAAC540
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Étude des troubles respiratoires nocturnes en altitude
Author(s)
HEINIGER G.
Director(s)
HEINZER R.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2020
Language
french
Number of pages
27
Abstract
En altitude, la respiration nocturne est perturbée par l’hypoxie, avec notamment l’apparition durant le sommeil d’une respiration périodique avec apnées centrales chez des sujets respirant sainement durant leur sommeil en plaine. Ce phénomène s’explique par une diminution de la concentration sanguine en CO2 et par une modification de la sensibilité des chémorécepteurs au CO2 en hypoxie. Entant donné que l’altitude d’apparition et la manifestation du phénomène (nombre d’évènements par heure) varie entre chaque individu, l’objectif de notre étude est d’observer ces différences interindividuelles puis de rechercher l’origine physiopathologique de cette disparité. Notre hypothèse est que la propension à développer une respiration périodique nocturne en altitude est liée à la sensibilité ventilatoire au CO2 spécifique à chaque individu.
16 sujets (14 hommes, 2 femmes, âge : moyenne 23 ans SD +/- 5 ans, BMI : moyenne 21.9, SD +/- 2.57) ont effectué des polygraphies lors d’une nuit en plaine (Lausanne, 430m) puis lors de plusieurs nuits en altitude (Inde et Massif du Mont-Rose). En fonction de leur tendance à développer des apnées centrales, ils ont été divisés en deux groupes: ceux ayant une Haute Prévalence d’Apnées (HPA) et ceux ayant une Basse Prévalence d’Apnées (BPA). Dans le laboratoire de fonction pulmonaire du CHUV, les sujets ont effectué deux tests de réponse ventilatoire au CO2 (premier test en normoxie, deuxième test en hypoxie) permettant de calculer la pente VE/CO2 moyenne pour chaque groupe.
A 4’200m, l’index d’apnées hypopnées par heure (IAH) des sujets ayant effectué une polygraphie (n=8) est extrêmement variable de 1/h à 134/h avec un IAH moyen de 57.8/h SD+/- 56.7/h, ce qui montre la tendance propre à chacun à développer cette respiration périodique. Autant en normoxie qu’en hypoxie, les sujets du groupe HPA ont une réponse ventilatoire (L/min) au CO2 (PETCO2 : mmHg) qui tend à être plus élevée que ceux du groupe BPA (normoxie : 1.77 +/- 0.53 vs 1.67+/-0.78, hypoxie : 2.01 +/- 0.47 vs 1.89 +/-0.41). Toutefois, ces différences ne sont pas statistiquement significatives (normoxie : p=0.80, hypoxie : p=0.63). Les deux groupes ont une réponse ventilatoire au CO2 qui tend à être augmentée en hypoxie par rapport à la normoxie, sans pour autant être statistiquement significatif (HPA : 1.77 +/-0.53 vs 2.01 +/-0.47, p=0.19 ; BPA : 1.67 +/-0.78 vs 1.89 +/-0.41, p=0.43).
Cette étude confirme la présence de différences interindividuelles dans la survenue des apnées centrales en altitude. Cette disparité pourrait s’expliquer par une réponse ventilatoire au CO2 qui tend à être plus élevée dans le groupe HPA. Toutefois, un échantillon plus grand serait probablement nécessaire pour mettre en évidence une différence statistiquement significative.
Keywords
Altitude, hypoxie, sommeil, apnée centrale, réponse ventilatoire CO2
Create date
09/09/2021 8:03
Last modification date
06/10/2022 5:39
Usage data