Méningiomes et utilisation prolongée d’acétate de cyprotérone: à propos de 28 cas opérés

Details

Serval ID
serval:BIB_A347CB4A72C6
Type
Inproceedings: an article in a conference proceedings.
Publication sub-type
Abstract (Abstract): shot summary in a article that contain essentials elements presented during a scientific conference, lecture or from a poster.
Collection
Publications
Institution
Title
Méningiomes et utilisation prolongée d’acétate de cyprotérone: à propos de 28 cas opérés
Title of the conference
Annales d’Endocrinologie
Author(s)
De Marcellus Capucine, Baussart Bertrand, Villa Chiara, Peyre Mathieu, Barigou Mohammed, Raffin-Sanson Marie-Laure, Gaillard Stephan, Cazabat Laure
Publisher
Elsevier Masson
Publication state
Published
Issued date
2018
Volume
79
Number
4
Pages
321-322
Language
french
Abstract
Introduction
L’acétate de cyprotérone (ACYP) est contre-indiqué en cas de méningiome car il favorise leur développement. L’objectif de l’étude est de déterminer les caractéristiques phénotypiques et génotypiques des patients opérés de méningiomes traités de façon prolongée par ACYP.
Méthodes
Nous avons analysé en rétrospectif les caractéristiques phénotypiques de 28 patients, traités par ACYP qui ont été opérés de méningiomes dans le service de neurochirurgie de l’hôpital Foch à Suresnes entre 2003 et 2010. La recherche de mutation PIK3CA et TRAF7 a été réalisée chez 18 patientes.
Résultats
Vingt-huit patients, d’âge moyen 48±6,5 ans, ont été inclus : 27 femmes et 1 homme. Dix-huit présentent un méningiome unique et 10 des méningiomes multiples. Quarante-sept pour cent des méningiomes sont développés dans la région sellaire, 40 % près des lobes cérébraux, 9 % sur la faux du cerveau et 4 % dans la fosse postérieure. La durée de traitement par ACYP a tendance à être plus longue dans le groupe méningiomes multiples que dans le groupe méningiome unique (16 ans 95 % IC[12–19] vs 12 ans 95 IC[9–20] NS, p = 0,29). La dose cumulée estimée d’ACYP tend à être plus élevée en cas de méningiome multiple (276 575 mg ± 406 567 vs 107 585 mg ± 119 231, NS, p = 0,11). Les mutations somatiques sont présentes dans 6/11 méningiomes uniques versus chez tous les méningiomes multiples (p = 0,035).
Discussion
Les mutations somatiques PIK3CA ou TRAF7 sont significativement associées aux méningiomes multiples ; elles sont présentes chez toutes les patientes. La longue durée d’exposition à l’ACYP s’associe au caractère multiple des méningiomes.
Create date
06/08/2021 22:13
Last modification date
02/11/2021 6:38
Usage data