Private sector certification programmes and socio-ecological changes in the cocoa landscapes of Ghana: A political ecology study

Details

Ressource 1 Under embargo until 01/08/2022.
UNIL restricted access
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_191BC1E79F6E
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Private sector certification programmes and socio-ecological changes in the cocoa landscapes of Ghana: A political ecology study
Author(s)
AMUZU DAVID
Director(s)
Kull Christian
Institution details
Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l'environnement
Publication state
Accepted
Issued date
2021
Language
english
Abstract
Following global consumer demand for ethically and sustainably sourced natural resources and agricultural products, including cocoa, coffee, soybeans, tea, vanilla, etc., private-led governance arrangements such as certification programmes have emerged alongside state arrangements. In Ghana, private sector chocolate firms are operating parallel to the state, challenging decades of state-controlled cocoa sector. While this alternative market network enables chocolate firms to restore and maintain their market legitimacy in the global value chain, the influence of this new dynamic on local supply chain actors, the state's stronghold on the sector and the complex rural agrarian communities in Ghana remain unknown. For instance, although the certification programmes by chocolate firms tend to promote tree conservation in farmers’ cocoa production systems, less is known about the potentials of the certification programmes to facilitate and achieve the cocoa agroforestry initiatives.
It is mostly argued that private firms are less capable to adequately operate in a state- controlled economy to effect some changes. Linked to this is the recent cocoa wars between the two-giant cocoa producing countries (i.e., Ghana and Cote d'Ivoire) and some chocolate firms, where the two countries are asserting political and economic control over firms' sustainable certification programmes. This contradicts the Polanyian idea that firms have the power to operate unregulated to change the local agrarian context even in a state-dominated economy. Through the lens of political ecology, my aim in this thesis is to evaluate the power relations between the state, private chocolate firms and smallholder farmers, and the extent to which those relations produce socio-environmental changes in rural cocoa communities of Ghana.
Based on case study approach in Asunafo-North cocoa region of Ghana, four conceptual or analytical tools (such as governance, access, social relations of production and the chain of explanation) are adopted to analyse field and secondary data and produce arguments. The analysis and arguments about the influence of state, private firm and smallholder power relations on socio-ecological transformation are centred around four major themes of the thesis.
The first theme focuses on the governance of a firm-led certification programme. Here, I analyse how a firm inserts its certification programme in a local context, as a result
shaping local agrarian institutional forms. The main findings are that firms co-opt local agrarian institutions at the initial stage, and then when the certification programme takes root, they tend to transform and displace local institutions and practises. This resonates with neo-Chayanovian proposition that peasants' encounter with capitalist or market systems does not mean a complete change of their attributes. Peasants maintain some of their agrarian institution. I argue that the maintenance of part of the agrarian institution is because of firm’s capabilities (via certification programme) to grant peasants an institutional autonomy and reduce their dependency on the state. However, this has created new dependency relations between cocoa farmers and the chocolate firms.
The second theme analyses certification incentives as access mechanisms through which smallholder farmers obtain benefits. Using the notion of access, I categorise the incentives as access mechanisms or means and analyse the array of benefits associated with the incentives. I argue that the mobilisation of these incentives by private sector firms obfuscates the state’s poor and unsuccessful relations with farmers. At the same time, the incentivisation mechanisms produce altered and uneven distribution of benefits, production and bureaucratic costs, market leakages, environmental theft, unjust gendered labour relations, enhanced labour workloads and exploitation. However, these bittersweet aspects of the certification programme operate within the realm of power relations between the state and private sector firms. To adequately curtail the burdens and maintain the benefits would require market and institutional reforms, and reconsideration of existing structural differences among farmers, and between the state and the market for better sustainable transitions.
The third theme focuses on smallholder's social relation of production in rural cocoa growing communities. I found and argue that while a firm governs the local agrarian context and facilitates smallholders’ access to productive resources and benefits, certain unjust local realities (social practices and conditions) are left undiagnosed and untreated by the certification programme. These unjust relations and conditions cause dispossession of cocoa farm and produce winners and losers through processes such as outright sales of cocoa farms, labour contractualisations in sharecropping system and collateralisation of cocoa farms. I argue that the misrecognition of these local realities under the certification programme is because the firm focuses too much on improving crop productivity for continuous supply of cocoa beans. I suggest that to
achieve meaningful sustainability and more specifically social justice, the certification programmes should consider safeguarding the livelihood of farmers with respect to the protection of their property and labour rights.
The last theme analyses the potentials of a certification programme to transition farmers' production system from cocoa monoculture to cocoa agroforestry. Drawing on the chain of explanation, I show that farmers’ conservation practises in cocoa farms are shaped by diverse local contextual factors, such as hybrid cocoa tree variety, continuous rehabilitation of cocoa farms, access rights in trees and labour relations, illegal logging, proliferation of small-scale sawmill and timber concessions policies of the Forestry Commission. The persistent influence of these drivers is as a result of certain historical (e.g., colonial establishment of timber industry) and ongoing political (e.g. state’s reluctant to relinquish forest rights) and economic forces (e.g. Cocoa Rehabilitation Programme to sustain the supply chain). I argue that while the certification programme has the potential to promote cocoa agroforestry, these underlying drivers impede its progress and success. Farmers should not be blamed for the slow transition towards cocoa agroforestry system, rather the transformation process would be achieved by understanding and taking into account the historical and current social relations, political, economic and environmental dimensions of cocoa production systems.
The thesis concludes that as long as these contradictions about the certification programmes exist, there is nothing sustainable and ethical about the cocoa a firm source from smallholders through this alternative market network. Hence, it is imperative to scale up the benefits, eliminate the burdens and curtail the constraints that mar the "sustainability" aspect of the certification programmes.
--
Suite à la demande mondiale des consommateurs pour des ressources naturelles et des produits agricoles éthiques et durables, y compris le cacao, le café, le soja, le thé, la vanille, etc., des dispositifs de gouvernance privés tels que les programmes de certification ont émergé parallèlement aux dispositifs étatiques. Au Ghana, les entreprises de chocolat du secteur privé opèrent parallèlement à l'État, remettant en cause des décennies de contrôle du secteur du cacao par l'État. Si ce réseau de marché alternatif permet aux entreprises de chocolat de restaurer et de maintenir leur légitimité sur la chaîne de valeur mondiale, l'influence de cette nouvelle dynamique sur les acteurs de la chaîne d'approvisionnement locale, la forte emprise de l'État sur le secteur et les communautés agraires rurales complexes du Ghana restent inconnues. Par exemple, bien que les programmes de certification des entreprises chocolatières tendent à promouvoir la conservation des arbres dans les systèmes de production de cacao des agriculteurs, on en sait moins sur le potentiel des programmes de certification pour faciliter et réaliser les initiatives d'agroforesterie du cacao.
Il est souvent avancé que les entreprises privées sont moins capables d'opérer de manière adéquate dans une économie contrôlée par l'Etat pour effectuer certains changements. Les récentes guerres du cacao entre les deux géants de la production de cacao (le Ghana et la Côte d'Ivoire) et certaines entreprises chocolatières y sont liées, les deux pays affirmant leur contrôle politique et économique sur les programmes de certification durable des entreprises. Cela contredit l'idée polanyienne selon laquelle les entreprises ont le pouvoir d'opérer de manière non réglementée pour changer le contexte agraire local, même dans une économie dominée par l'État. A travers le prisme de l'écologie politique, mon objectif dans cette thèse est d'évaluer les relations de pouvoir entre l'Etat, les entreprises privées de chocolat et les petits exploitants agricoles, et la mesure dans laquelle ces relations produisent des changements socio- environnementaux dans les communautés rurales de cacao du Ghana.
Sur la base d'une approche par étude de cas dans la région cacaoyère d'Asunafo-Nord du Ghana, quatre outils conceptuels ou analytiques (tels que la gouvernance, l'accès, les relations sociales de production et la chaîne d'explication) sont adoptés pour analyser les données de terrain et secondaires et produire des arguments. L'analyse et les arguments concernant l'influence des relations de pouvoir entre l'Etat, les entreprises privées et les petits exploitants sur la transformation socio-écologique s'articulent autour de quatre thèmes majeurs de la thèse.
Le premier thème se concentre sur la gouvernance d'un programme de certification dirigé par une entreprise. J'analyse ici la manière dont une entreprise insère son programme de certification dans un contexte local, en façonnant par conséquent les formes institutionnelles agraires locales. Les principales conclusions sont que les entreprises cooptent les institutions agraires locales au stade initial, puis, lorsque le programme de certification prend racine, elles ont tendance à transformer et à déplacer les institutions et les pratiques locales. Cela correspond à la proposition néo- chayanovienne selon laquelle la rencontre des paysans avec les systèmes capitalistes ou de marché ne signifie pas un changement complet de leurs attributs. Les paysans conservent une partie de leurs institutions agraires. Je soutiens que le maintien d'une partie des institutions agraires est dû à la capacité de l'entreprise (via le programme de certification) à accorder aux paysans une autonomie institutionnelle et à réduire leur dépendance vis-à-vis de l'État. Cependant, cela a créé de nouvelles relations de dépendance entre les producteurs de cacao et les entreprises chocolatières.
Le deuxième thème analyse les incitations à la certification en tant que mécanismes d'accès par lesquels les petits exploitants agricoles obtiennent des avantages. En utilisant la notion d'accès, je catégorise les incitations comme des mécanismes ou des moyens d'accès et j'analyse l'éventail des avantages associés aux incitations. Je soutiens que la mobilisation de ces incitations par les entreprises du secteur privé masque les relations médiocres et infructueuses de l'État avec les agriculteurs. En même temps, les mécanismes d'incitation produisent une distribution altérée et inégale des bénéfices, des coûts de production et de bureaucratie, des fuites du marché, des vols environnementaux, des relations de travail injustes entre les sexes, une charge de travail accrue et l'exploitation. Toutefois, ces aspects aigres-doux du programme de certification s'inscrivent dans le cadre des relations de pouvoir entre l'État et les entreprises du secteur privé. Pour réduire les charges et maintenir les avantages, il faudrait réformer le marché et les institutions, et reconsidérer les différences structurelles existantes entre les agriculteurs, et entre l'État et le marché pour des transitions plus durables.
Le troisième thème se concentre sur les relations sociales de production des petits exploitants dans les communautés rurales productrices de cacao. J'ai constaté et je soutiens que si une entreprise régit le contexte agraire local et facilite l'accès des petits exploitants aux ressources productives et aux bénéfices, certaines réalités locales injustes (pratiques et conditions sociales) sont non diagnostiqués et non traités par le programme de certification. Ces relations et conditions injustes entraînent la dépossession des exploitations cacaoyères et produisent des gagnants et des perdants à travers des processus tels que la vente pure et simple des exploitations cacaoyères, la contractualisation du travail dans le système de métayage et la mise en garantie des exploitations cacaoyères. Je soutiens que la méconnaissance de ces réalités locales dans le cadre du programme de certification est due au fait que l'entreprise se concentre trop sur l'amélioration de la productivité des cultures pour un approvisionnement continu en fèves de cacao. Je suggère que pour atteindre une durabilité significative et plus spécifiquement la justice sociale, les programmes de certification devraient envisager de sauvegarder les moyens de subsistance des agriculteurs en ce qui concerne la protection de leurs droits de propriété et de travail.
Le dernier thème analyse le potentiel d'un programme de certification pour faire passer le système de production des agriculteurs de la monoculture du cacao à l'agroforesterie du cacao. En m'appuyant sur la chaîne d'explication, je montre que les pratiques de conservation des agriculteurs dans les cacaoyères sont façonnées par divers facteurs contextuels locaux, tels que la variété de cacaoyer hybride, la réhabilitation continue des cacaoyères, les droits d'accès aux arbres et les relations de travail, l'exploitation forestière illégale, la prolifération des scieries à petite échelle et les politiques de concessions forestières de la Commission forestière. L'influence persistante de ces facteurs est le résultat de certaines forces historiques (par exemple, l'établissement colonial de l'industrie du bois) et politiques (par exemple, la réticence de l'État à renoncer aux droits forestiers) et économiques (par exemple, le programme de réhabilitation du cacao pour soutenir la chaîne d'approvisionnement). Je soutiens que si le programme de certification a le potentiel de promouvoir l'agroforesterie dans le cacao, ces facteurs sous-jacents entravent sa progression et son succès. Les agriculteurs ne doivent pas être blâmés pour la lenteur de la transition vers le système agroforestier du cacao. Au contraire, le processus de transformation serait réalisé en comprenant et
en prenant en compte les relations sociales historiques et actuelles, les dimensions politiques, économiques et environnementales des systèmes de production du cacao.
La thèse conclut que tant que ces contradictions concernant les programmes de certification existent, il n'y a rien de durable et d'éthique dans le cacao qu'une entreprise s'approvisionne auprès des petits exploitants par le biais de ce réseau de marché alternatif. Par conséquent, il est impératif d'augmenter les avantages, d'éliminer les charges et de réduire les contraintes qui entachent l'aspect "durabilité" des programmes de certification.
Create date
10/02/2022 12:11
Last modification date
04/03/2022 8:08
Usage data