Mesenchymal Stem cells from human lung squamous cell carcinoma modulate NK phenotype and function

Détails

Ressource 1Télécharger: Thesis_SabineGalland-OK.pdf (14437.08 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_FE99604F3747
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Mesenchymal Stem cells from human lung squamous cell carcinoma modulate NK phenotype and function
Auteur(s)
GALLAND Sabine
Directeur(s)
STAMENKOVIC Ivan
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Adresse
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
anglais
Résumé
Mesenchymal stem cells (MSCs) display pleiotropic functions, which include secretion of soluble factors with immunosuppressive activity implicated in cancer progression. We compared the immunomodulatory effects of paired intra-tumor (T-) and adjacent non-tumor tissue (N-)- derived MSCs from patients with squamous cell lung carcinoma (SCC) on circulating natural killer (NK) cells from healthy donors. We observed that T-MSCs were more strongly immunosuppressive than N-MSCs and affected both NK function and phenotype, as defined by CD56 expression. T-MSCs shifted NK cells toward the CD56dim phenotype and differentially modulated CD56bright/dim subset functions. Whereas MSCs affected both degranulation and expression of activating receptors in the CD56dim subset, they primarily inhibited interferon- production in the CD56bright subset. Pharmacological inhibition of prostaglandin E2 (PGE2) synthesis, and in some MSCs, IL-6 activity, restored NK function, whereas NK cell stimulation by PGE2 alone mimicked T-MSC-mediated immunosuppression. Our observations provide insight into how stromal responses to cancer dampen NK cell activity in human lung SCC.
--
Les cellules mésenchymateuses souches (CMS) sont des cellules du stroma (tissu de soutien), avec des fonctions multiples, dont des propriétés immunosuppressives impliquées dans la progression tumorale et nécessitant la sécrétion de facteurs solubles. Dans ce travail, nous avons comparé les effets immunomodulatoires de CMS humaines isolées de pièces de résection de cancer pulmonaire épidermoïde (T-CMS), avec ceux de CMS issues du tissu pulmonaire non tumoral adjacent (N-CMS), prélevé chez les mêmes patients. Nous nous sommes intéressés à l’effet des CMS sur l’immunité innée, en particulier sur les cellules tueuses naturelles (NK). Nous avons observé que les T-CMS sont plus immunosuppressives que les N-CMS et affectent aussi bien la fonction que le phénotype des NK, y compris leur expression du CD56. Les T-CMS induisent préférentiellement des NK CD56dim, et ont des effets différents sur les fonctions des sous-populations CD56dim et CD56bright. Les CMS affectent à la fois la degranulation et l’expression des récepteurs activateurs des CD56dim, alors qu’elles inhibent principalement la sécrétion d’IFN-dans la sous-population CD56bright. L’inhibition pharmacologique de la synthèse de la prostaglandine E2 (PGE2), et pour certaines CMS, de l’activité de l’IL-6, est capable de restaurer la fonction des NK, alors que la stimulation par la PGE2 seule reproduit l’effet suppresseur des T-CMS. Nos observations permettent une meilleure compréhension de la réponse stromale et de son caractère immunosuppresseur sur les NK dans le cancer pulmonaire chez l’homme.

Création de la notice
19/12/2017 12:16
Dernière modification de la notice
20/08/2019 17:29
Données d'usage