Enquête sur les effets secondaires médicamenteux et attentes des patients

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 3323 Mme Knezevic.pdf (472.36 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_FB943AF27549
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Enquête sur les effets secondaires médicamenteux et attentes des patients
Auteur(s)
KNEZEVIC I.
Directeur(s)
DECOSTERD I.
Codirecteur(s)
BERNA RENELLA C.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
français
Nombre de pages
29
Résumé
L’efficacité d’un traitement repose sur deux composantes principales : la première découle de l’effet pharmacologique spécifique du traitement tandis que la seconde est une composante plus subtile qui relève de la perception individuelle, du contexte et des attentes du patient (Benedetti et al. 2003; Amanzio and Benedetti 1999). Cette partie d’effet thérapeutique plus subjective, dit « effets non spécifiques des médicaments », ou « effet placebo-like » relève de l’effet placebo.
En effet, de nombreuses études ont permis de démontrer grâce à des techniques sophistiquées de neurobiologie, neuropharmocologie et d’imagerie cérébrale que l’effet placebo est un phénomène psychobiologique complexe impliquant le circuit central inhibiteur de la douleur (Benedetti 2008; Enck et al. 2008; Bingel et al. 2011; Amanzio and Benedetti 2012) et reposant d’une part sur des attentes positives et d’une autre sur des mécanismes d’apprentissage (Benedetti et al. 2003; Finniss et al. 2010; Klosterhalfen et al. 2009).
Il est possible de moduler positivement les attentes des patients par des suggestions. Ainsi, on peut obtenir un effet bénéfique d’une substance inerte (effet placebo) (Benedetti et al. 2003), ou un effet majoré d’une substance active (effet placebo-like) (Peerdeman et al. 2016).
Divers travaux se sont intéressés à l’utilisation de suggestions ou explications positives concernant des médicaments ou des actes médicaux. Un exemple relevant démontre qu’une simple différence de communication peut améliorer la perception de la douleur par les patients (Varelmann et al. 2010). Dans cette étude, un collectif de parturientes a été assigné à deux groupes différents lors des préparatifs pour la pose d’un péridurale antalgique: un groupe a reçu une explication habituelle: « Vous allez sentir une piqûre et une sensation de brûlure dans votre dos, ceci est la pire partie de la procédure ». L’autre groupe a reçu une information évitant toute mention de douleur: « Nous allons vous injecter un anesthésique local qui va endormir la peau, cela vous permettra d’être confortable durant la procédure ». Le groupe ayant reçu l’explication positive a reporté significativement moins de douleurs sur une échelle visuelle analogue (Varelmann et al. 2010). Similairement d’autres études démontrent qu’une explication donnée en l’absence de mots à connotation négative améliore l’expérience des patients lors de procédures invasives (Wang et al. 2008; Lang et al. 2005; Dutt-Gupta et al. 2007).
Mots-clé
placebo effect, nocebo effect, patient-doctor communication, side effects, expectancy modulation
Création de la notice
05/09/2017 14:20
Dernière modification de la notice
20/08/2019 16:26
Données d'usage