Adéquation du traitement des troubles dépressifs dans la population générale

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 5483 Mme Orgianos Barrionuevo.pdf (1401.75 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_F154FAA4880B
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Adéquation du traitement des troubles dépressifs dans la population générale
Auteur(s)
ORGIANOS A.
Directeur(s)
PREISIG M.
Codirecteur(s)
VANDELEUR C.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2018
Langue
français
Nombre de pages
32
Résumé
Introduction : Les troubles dépressifs constituent un groupe de pathologies hétérogènes dans leur
présentation, leur durée ou leur gravité. On estime qu’environ un suisse sur deux souffrira d’un trouble
dépressif au cours de sa vie. Face à ce constat et à l’impact sociaux-économique qui en découle, il est
important que ces personnes bénéficient d’une prise en charge adéquate. En effet, celle-ci permet
d’améliorer la qualité de vie mais également de diminuer le risque de chronicité ou de récidive. Pour
toutes ces raisons, le but de ce travail est d’amorcer une évaluation du traitement des troubles
dépressifs. Au vu de la complexité du traitement de ces troubles, ce travail n’est pas exhaustif mais
permet un premier regard sur cette problématique dans une cohorte de sujets évaluée récemment.
Les buts de ce travail sont de 1) déterminer la proportion de sujets qui ont cherché de l’aide
professionnelle pour un trouble dépressif dans la population générale, 2) déterminer la proportion de
ces sujets traités par un psychotrope, 3) déterminer l’adéquation du traitement psychotrope reçu avec
certaines des recommandations des guidelines les plus récentes.
Méthode : Les données sont issues de l’étude psychiatrique PsyCoLaus constituée d’un échantillon de
la population générale de Lausanne, lui-même prélevé de la population de l’étude CoLaus. Cela
représente 1047 personnes interrogées entre 2014-2018. Les informations concernant les troubles
psychiatriques ont été collectées grâce à la version française du « diagnostic interview for genetic
studies » (DIGS). L’analyse a pris en compte les troubles psychiatriques présents dans les cinq années
précédant l’interview ainsi que les traitements utilisés. Plusieurs classes diagnostiques du DSM-5
légèrement modifiées ont été spécifiquement choisies pour l’étude. La mise à jour des lignes
directrices de la « World Federation of Societies of Biological Psychiatry » (WFSBP, 2013) a été utilisée
comme support pour l’évaluation de l’adéquation des traitements.
Résultats : De l’aide médicale a été demandée chez 75.1% des personnes avec trouble dépressif
majeur chronique (TDM chronique) contre 59.6% pour les sujets avec TDM, 36.6% pour les sujets avec
dysthymie et 30.2% pour les sujets avec dépression sous-seuil. Un grande part des sujets (20 à 33%)
avec des dépressions plus sévères ont consulté un(e) médecin psychiatre seul(e), tandis que 12.5 à
20% de ces sujets ont consulté un(e) autre médecin. Seuls 5 à 13% de ces sujets ont consulté un(e)
psychologue seul(e). De plus, 37.1% des sujets avec TDM chronique, 20.3% des TDM, 14.3% des
dysthymies et 7.6% des dépressions sous-seuil ont reçu un antidépresseur. Parmi eux, les SSRIs sont la
classe médicamenteuse la plus utilisée. Au sein des 1034 sujets avec un trouble dépressif, 13 ont
présenté des symptômes psychotiques. Parmi eux, un seul a reçu un traitement antipsychotique. Parmi
les 1021 personnes avec trouble dépressif sans symptômes psychotiques, 8 d’entre eux ont reçu un
antipsychotique, soit 0.78%. Sur 1035 sujets dépressifs, 292 ont présenté des idées suicidaires, soit
28.21% des sujets dépressifs. Au sein de ce groupe, seulement 4.45% des sujets a bénéficié de
benzodiazépines et seulement 7.45% ont été hospitalisés. Finalement, il a été observé que 63.91% des
sujets avec trouble dépressif étaient en rémission au terme de l’étude.
Conclusion : Dans cette étude, nous avons constaté que certains aspects du traitement des patients
dépressifs sont cohérents avec les guidelines comme par exemple concernant la prescription de SSRIs.
Cependant, il pourrait y avoir certains points à améliorer comme par exemple chez les patients à haut
risque suicidaire, la thérapie électro-convulsive (ECT) est recommandée mais aucun sujet n’en a
bénéficié. Par ailleurs, il est aussi indiqué d’ajouter des benzodiazépines mais cela est encore très peu
réalisé. On remarque également qu’un certain nombre de sujets bénéficient d’un traitement
médicamenteux seul alors qu’une psychothérapie ou un suivi régulier sont recommandés. On voit aussi
que très peu de personnes souffrant de trouble dépressif avec composante psychotique a reçu un
traitement antipsychotique comme cela est conseillé.
Mots-clé
Depression, Treatment adequation, Guidelines, Antidepressant, Remission
Création de la notice
02/09/2019 17:00
Dernière modification de la notice
08/09/2020 7:11
Données d'usage