Pratiques de monitorage et de traitement au cours du choc cardiogène: implications pronostiques

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_EC5C1BB903D1.P001.pdf (637.04 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_EC5C1BB903D1
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Pratiques de monitorage et de traitement au cours du choc cardiogène: implications pronostiques
Auteur⸱e⸱s
FOETISCH E.
Directeur⸱rice⸱s
LIAUDET L.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2014
Langue
français
Nombre de pages
30
Résumé
Etat des connaissances et question posée. Le choc cardiogène est consécutif à la défaillance primaire de la fonction cardiaque, en présence d'un volume intravasculaire adéquat, induisant une réduction brusque et sévère du débit cardiaque et une oxygénation cellulaire insuffisante. L'étiologie principale du choc cardiogène est l'ischémie myocardique. En dépit de sa prise en charge urgente en milieu de soins intensifs, le choc cardiogène est grevé d'une mortalité de l'ordre de 50%. Le traitement de ce syndrome comporte une optimalisation de la précharge cardiaque (traitement volumique) et l'administration d'agents vasoactifs, agissant sur la contractilité myocardique (médicaments inotropes) et les résistances vasculaires (médicaments vasopresseurs et vasodilatateurs). Les données de l'hémodynamique des patients en choc cardiogène peuvent être monitorées par un cathéter artériel pulmonaire, qui renseigne sur le débit cardiaque et les pressions de remplissage des ventricules, notamment la pression pulmonaire d'occlusion (PAPO), reflet de la précharge du ventricule gauche. A l'heure actuelle, au vu de l'absence d'études prospectives de bonne qualité, il n'existe pas de standard en termes de traitement et de monitorage au cours du choc cardiogène. Dans le présent travail, nous avons voulu déterminer les pratiques en vigueur dans le service de médecine intensive du CHUV concernant le monitorage et le traitement du choc cardiogène, et avons cherché si des déterminants pronostiques pouvaient être individualisés.
Méthode. Etude rétrospective portant sur tous les malades admis dans le service de médecine intensive du CHUV pour diagnostic primaire de choc cardiogène sur la période 2010-2011. De nombreuses données démographiques, cliniques, biologiques, hémodynamiques et de traitement ont été recueillies à l'admission et pour une période de 48 heures. Au plan statistique, les données ont été évaluées afin de comparer les populations de patients survivants et non survivants, de même que les populations de patients bénéficiant ou non d'un monitorage invasif. Des méthodes statistiques univariées ont été tout d'abord appliquées, puis nous avons construit un modèle d'analyse multivariée par régression logistique afin d'évaluer l'influence possible de certaines variables explicatives sur le pronostic ou sur l'introduction d'un monitorage invasif.
Résultats. Un total de 101 malades a été inclus, majoritairement de sexe masculin (74%) et avec une étiologie ischémique dans 63% des cas. Une proportion de 68% des malades ont bénéficié d'un monitorage hémodynamique invasif. Les patients décédés ont présenté des signes de défaillance cardiaque plus marqués, principalement sous la forme d'une PAPO nettement plus élevée de manière persistante, et dans une moindre mesure, d'un index cardiaque transitoirement plus bas. Les patients non survivants ont reçu davantage de médicaments à effet presseur (noradrénaline, adrénaline, vasopressine), moins de dobutamine et ont eu des bilans hydriques plus positifs au cours des premières 24 heures. En analyse multivariée, seul le score de gravité SAPS II et la présence ou non d'un monitorage, ont été corrélés de manière indépendante à la survie. En revanche, l'âge, la pression artérielle et le degré d'acidose lactique à l'admission n'ont pas été corrélés au pronostic. Concernant le monitoarge, le seul prédicteur indépendant associé à sa mise en place était un âge plus jeune du patient.
Conclusions. Nos observations suggèrent qu'un monitorage invasif de la fonction cardiaque,en permettant la détection précoce d'une élévation de la PAPO, permettrait d'orienter le traitement en réduisant les médicaments à effet vasopresseur prédominant au profit de la dobutamine et à réduire les bilans hydriques, ce qui pourrait conduire à améliorer la survie des malades. Ces données sont nouvelles, car elles impliquent une relation directe entre le monitorage et le pronostic, qui n'a pas été formellement rapportée jusqu'ici. Un tel résultat devrait être validé dès que possible dans une étude prospective.
Création de la notice
07/09/2015 8:25
Dernière modification de la notice
20/08/2019 16:14
Données d'usage