Engager dans les soins les personnes ayant des troubles psychiques et des problèmes d’insertion professionnelle

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 2442 Mme Silini.pdf (519.50 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_DB7FC1753FEA
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Engager dans les soins les personnes ayant des troubles psychiques et des problèmes d’insertion professionnelle
Auteur(s)
SILINI C.
Directeur(s)
BONSACK Ch.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
français
Nombre de pages
29
Résumé
L’emploi est un déterminant majeur de la santé mentale, autant pour les personnes en bonne santé
que pour celles atteintes d’un trouble mental essayant à se rétablir. Bien que 70% d’entre elles
souhaiteraient retravailler, leur taux d’occupation reste bas (8 à 35% selon les études). De par sa
prévalence élevée, une mauvaise santé mentale n’affecte pas que l’individu, mais elle a des
répercussions importantes sur l’économie, engendrant des coûts non négligeables (3.2% du PIB en
Suisse en 2010). La prévalence des maladies psychiques au sein de la population générale est
élevée, pourtant le taux d’utilisation des services reste bas, et ce à cause de barrières que plusieurs
études divisent en intrinsèques et extrinsèques aux patients. En 2009 le service de psychiatrie
communautaire (PCO) du CHUV a développé une équipe spécialisée mobile (RESSORT, RESeau
de Soutien et d’Orientation vers le Travail), dont l’objectif général est favoriser l’accès à l’emploi
compétitif des personnes souffrant de troubles psychiques. Ce travail se focalise sur la troisième
filière de RESSORT, dénommée « engagement dans les soins », ciblant une population composée
d’individus se trouvant en situations de grande précarité, dont les difficultés d’insertion sur le
monde du travail sont probablement engendrées par des problèmes psychiques, mais réticents à
s’engager dans un processus d’évaluation psychique habituel. Le programme offre à ces derniers un
bilan de leurs difficultés et ressources ainsi qu'un bilan psychiatrique, la construction d'un projet de
soin ou/et professionnel et l'orientation vers le réseau (soins, autres) jugé nécessaire.
Objectifs: établir le profil sociodémographique, socioprofessionnel et clinique des personnes
accédant à la filière « engagement dans les soins » ; décrire le fonctionnement de la filière ; établir
l’existence de facteurs sociodémographiques et cliniques facilitant ou entravant l’accès aux soins ;
établir les difficultés rencontrées par les intervenants dans la mise en oeuvre de cette pratique.
Méthode : 1) constitution d’une revue de littérature concernant la santé psychique et l’emploi, les
difficultés d’accès aux soins et les facteurs l’influençant. 2) Volet quantitatif : effectuation
d’analyses statistiques sur les dossiers de la base de données RESSORT datant de la période
comprise entre janvier 2012 et décembre 2014 (n = 101), afin de décrire les caractéristiques
sociodémographiques et cliniques des patients et de retrouver d’éventuelles variables
prédictives d’entrée en soins citées dans la littérature. 3) Volet qualitatif : interviews semistructurées
avec les intervenantes RESSORT.
Résultats : Volet quantitatif : il n’y a pas de résultats significatifs concernant des éventuels
prédicteurs socio-démographiques et clinique pour l’accès aux soins. Par contre, RESSORT
augmente de 5.1 fois la probabilité d’accéder à des soins à la fin du programme par rapport à
l’entrée. Cette augmentation est significative pour les troubles de l’humeur, les troubles anxieux et
liés au stress et les troubles de la personnalité. Par rapport au délai temporel s’écoulant entre la
première prise de contact avec un intervenant RESSORT et l’acceptation d’un suivi psychiatrique,
les variables socio-démographiques ne semblent pas jouer de rôle ; en revanche, les patients atteints
troubles de l’axe 2 (selon DSM-IV, c'est-à-dire les troubles de la personnalité) présentent des délais
temporels significativement plus élevés par rapport au patients atteints d’un trouble de l’axe 1(selon
DSM-IV, c'est-à-dire les troubles cliniques). Volet qualitatif : les barrières d’accès aux soins
identifiées par les intervenantes reflètent celles retrouvées dans la littérature, se subdivisant en
intrinsèques et extrinsèques aux patients. Les stratégies mises au point afin de les surmonter
comprennent un travail de déstigmatisation, la proactivité, la mobilité, la double compétence
insertion professionnelle/soins, la pluridisciplinarité ainsi qu’une bonne connaissance et
collaboration avec le réseau (de soins et de réinsertion professionnelle).
Discussions et conclusions: RESSORT cible une population nécessitant des soins psychiatriques
qui n’arriverait pas autrement à entrer en soins. Afin d’éviter la chronicisation et la dégradation de
leur situation, il semble important d’intensifier les efforts visant une détection précoce des
problèmes de santé mentale, tant chez les jeunes en échec scolaire que chez les adultes en difficulté
d’insertion professionnelle.
Mots-clé
santé mentale, emploi, accès aux soins, barrières
Création de la notice
06/09/2018 10:46
Dernière modification de la notice
23/02/2021 7:11
Données d'usage