Adolescents suicidants et attachement.

Détails

ID Serval
serval:BIB_DB0630E21E19
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Institution
Titre
Adolescents suicidants et attachement.
Périodique
Revue française de psychiatrie et de psychologie médicale
Auteur⸱e⸱s
Philippe P., Gauthier J.M., Thomas A., Jacquart J., Orban G., Sander R., Henin E., Zdanowicz N., Pierrehumbert B., Bertrand J.
ISSN
1289-2130
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2006
Volume
10
Numéro
96
Pages
43-47
Langue
français
Notes
SAPHIRID:62563
Résumé
L'article présente le protocole et les premiers résultats d'une enquête menée actuellement à l'université de Liège (Belgique) pour rechercher l'existence de corrélations entre attachement et tentatives de suicide à l'adolescence. L' enquête comporte deux types d'échantillons d'adolescents de 16 à 20 ans. Un premier groupe concerne 75 adolescents «tout venant» rencontrés dans différentes écoles. Le second concerne des adolescents suicidants hospitalisés en (pédo) psychiatrie ou suivis en ambulatoire. L'enquête comprend: 1) une enquête rétrospective sur les habitudes de vie pendant l'enfance. Un questionnaire -anonyme-reprend des renseignements concernant la situation familiale, de possibles traumatismes, les habitudes de vie entre 0 - 6 ans ainsi que la situation actuelle de l'adolescent. 2) une échelle d'estime de soi: estimation de l'image que l'adolescent a de lui face à ses proches puis de l'image qu'il pense que ses proches ont de lui. 3) un auto questionnaire de dépression et d'anxiété (HADS). 4) un test d'évaluation du type d'attachement (CaMIR). Les résultats (23 adolescents suicidants, tous de nationalité belge et de famille d'origine belge) montrent une plus grande proportion de filles et une plus grande proportion issue de couples séparés. Les adolescents suicidants ont plus fréquemment un attachement insécure (type préoccupé) que le groupe témoin; ils obtiennent beaucoup plus souvent -mais pas toujours-un score de dépression sévère. Ils rapportent une moins bonne image d'eux-mêmes; ils signalent beaucoup plus de problèmes de sommeil, plus fréquemment présents déjà dans l'enfance. Ils signalent plus de comportements à risque et de fugues.
Création de la notice
10/03/2008 11:30
Dernière modification de la notice
20/08/2019 16:00
Données d'usage