Impact of a non-return-to-work prognostic model (WORRK) on allocation to rehabilitation clinical pathways : A single centre parallel group randomised trial

Détails

Ressource 1Télécharger: thèse-OK.pdf (1870.37 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_D540AC121FD6
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Impact of a non-return-to-work prognostic model (WORRK) on allocation to rehabilitation clinical pathways : A single centre parallel group randomised trial
Auteur(s)
PLOMB Chantal
Directeur(s)
Luthi François
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2018
Langue
anglais
Résumé
Introduction
La médecine stratifiée peut permettre d'améliorer la prise en charge des patients tout en maintenant les coûts stables, voire en les diminuant. Notre objectif était de mesurer si un modèle de prédiction, développé pour prédire le non-retour au travail (nRTW) après un traumatisme orthopédique, améliorait l'attribution à des parcours de réadaptation professionnelle différents, lors d’une utilisation en pratique clinique.
Matériel et méthodes
Etude randomisée contrôlée chez des patients hospitalisés pour réadaptation professionnelle après un traumatisme orthopédique (n = 280). Dans le groupe intervention, le risque de nRTW (estimé à l'aide de l'outil WORRK) a été transmis aux cliniciens en charge du patient avant l'attribution à un programme de réadaptation, alors qu'il ne l'était pas dans le groupe contrôle. Trois parcours étaient disponibles: simple, coaching et évaluation (EP). Des indications pour l'interprétation du risque de nRTW ont été fournies. Le résultat principal était la proportion de patients alloués au EP. Le résultat secondaire était la satisfaction des patients et des cliniciens.
Résultats
450 patients ont été évalués pour éligibilité, 280 inclus, 139 randomisés dans le groupe témoin (âge moyen 42.3 ans) et 141 dans le groupe intervention (43.2 ans). Les deux groupes avaient un profil de risque similaire. Les patients du groupe intervention étaient plus souvent référés à l'EP, comparés aux patients du groupe témoin, mais de façon statistiquement non significative (rapport de risque ; 1,31 [IC à 95% 0,70-2,46]). En mesurant les patients transférés à des parcours de réadaptation différents pendant l’hospitalisation, davantage de patients du groupe intervention ont été transférés à l’EP, augmentant ainsi le rapport de risque à 1,57 [IC à 95% 0,89 à 2,74].
Discussion
La connaissance du risque de nRTW a une influence sur la prise de décision clinique (attribution des patients à différents parcours de réadaptation professionnelle après un traumatisme orthopédique), mais celle-ci n’est pas statistiquement significative et n’a pas atteint non plus le seuil de significativité clinique, tel que défini à priori par nos calculs de puissance, basés sur une augmentation de 15% d’attribution à l’EP dans le groupe intervention par rapport au groupe témoin. Cette influence est inférieure à ce qui était attendu, peut-être en raison de directives insuffisantes accompagnant le modèle WORRK ou parce que les cliniciens associent moins d'heures de thérapie (dans certains parcours de réadaptation) à un désavantage pour le patient. Ces résultats soutiennent toutefois l'aspect multifactoriel de la prise de décision par le clinicien.
Création de la notice
04/04/2019 10:40
Dernière modification de la notice
20/08/2019 15:55
Données d'usage