Estimation de la prévalence de la BPCO et de l'association BPCO-AOMI dans le service de médecine interne de l'HFR Fribourg

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_C99C92ADCCD0
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Estimation de la prévalence de la BPCO et de l'association BPCO-AOMI dans le service de médecine interne de l'HFR Fribourg
Auteur(s)
TSCHOPP Jonathan
Directeur(s)
Hayoz Daniel
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Adresse
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
français
Résumé
CONTEXTE : La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est un problème majeur de santé publique dans le monde, responsable d'une morbidité et d'une mortalité considérables. En Suisse, sa prévalence varie entre 2 et 15% de la population, selon l'âge et le sexe. Son diagnostic requière une spirométrie montrant un trouble ventilatoire obstructif dont la réversibilité est incomplète. Or, nous constatons régulièrement dans notre pratique de la médecine interne que de nombreux patients portent ce diagnostic dans leur dossier médical sans avoir effectué d'examen respiratoire fonctionnel, et qu'un nombre significatif de patients à haut risque de BPCO n'a jamais été diagnostiqué. La prévalence réelle de cette maladie n'est donc pas connue. Par ailleurs, la BPCO est associée à de nombreuses maladies systémiques, notamment cardiovasculaires telles que l'insuffisance cardiaque et la maladie coronarienne. Cependant, son association avec l'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI), avec laquelle elle partage plusieurs facteurs de risque comme le tabagisme, l'âge avancé, et la dyslipidémie, n'a que peu été étudiée.
OBJECTFS : L'objectif principal de cette étude était de déterminer la prévalence de la BPCO confirmée parmi les patients âgés de 45 ans et plus, qui étaient admis dans le service de médecine interne de i'HFR Fribourg, et qui étaient "étiquetés" comme BPCO dans leur dossier médical ou présentaient des facteurs de risque et des symptômes typiques de la maladie. L'objectif secondaire était de déterminer, dans cette population de patients, la prévalence de l'association entre la BPCO et l'AOMI.
METHODOLOGIE : Tous les patients consécutifs âgés de 45 ans et plus, admis dans le service de médecine interne de notre hôpital entre les mois de novembre 2013 and mars 2014 ont été évalués pour l'inclusion dans notre étude. Les patients dont le dossier médical informatisé mentionnait le diagnostic de BPCO, de bronchite chronique et/ou d'emphysème pulmonaire faisaient partie du groupe des "patients étiquetés comme BPCO". Les patients qui présentaient au moins un facteur de risque et un symptôme classiques de la BPCO, identifiés à leur arrivée sur une liste à cocher, faisaient partie du groupe des "patients à risque de BPCO". Une spirométrie, une mesure de l'index de pression systolique (IPS) cheville-bras, et une mesure de l'IPS orteil-bras lorsqu'elle était nécessaire, ont été effectuées chez chaque patient une fois leur état clinique stable.
RESULTATS : Cent septante-deux des 888 patients évalués ont été inclus dans l'étude. Une BPCO a été retrouvée chez 81 patients au total. Parmi les "patients étiquetés comme BPCO", 65 (87%) souffraient réellement d'une BPCO et 10 (13%) portaient un diagnostic erroné. Une BPCO a été nouvellement diagnostiquée chez 16 (16%) des 97 "patients à risque de BPCO". Une AOMI a été identifiée chez 35 (43%) des patients souffrant d'une BPCO confirmée et chez 22 (24%) des patients sans BPCO. L'association entre la BPCO et l'AOMI était statistiquement significative (p<0.01).
CONCLUSION : Une BPCO confirmée a été identifiée chez 9% des 888 patients évalués pour l'inclusion. La majorité des "patients étiquetés comme BPCO" était correctement diagnostiquée et une proportion non négligeable des "patients à risque de BPCO" était sous-diagnostiquée. Par ailleurs, une association significative entre la BPCO et l'AOMI a été retrouvée dans notre collectif de patients. Chez les patients fumeurs, une spirométrie mettant en évidence une BPCO semble être un test utile pour détecter les patients à haut risque cardiovasculaire, notamment ceux atteints d'AOMI. Nous pensons donc qu'il est indispensable d'utiliser la spirométrie de façon systématique pour le diagnostic de la BPCO, et suggérons de proposer un dépistage de l'AOMI à tous les patients tabagiques avec un diagnostic de BPCO confirmée.

Création de la notice
06/02/2018 12:08
Dernière modification de la notice
20/08/2019 15:44
Données d'usage