Prise en charge des fractures diaphysaires des deux os de l’avant-bras chez l’enfant

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 3266 Mme Leuba.pdf (1444.51 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_C928BD2A4F19
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Prise en charge des fractures diaphysaires des deux os de l’avant-bras chez l’enfant
Auteur(s)
LEUBA A.
Directeur(s)
LUTZ N.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
français
Nombre de pages
26
Résumé
Introduction
L’enclouage centromédullaire élastique stable (ECMES) est actuellement le traitement de choix pour les fractures de l’avant-bras nécessitant une stabilisation en âge pédiatrique. Cette technique apporte la possibilité d’une mobilisation précoce avec très peu de déplacement secondaire au cours de la guérison de la fracture.
Hypothèse
Lors de la comparaison avec la technique orthopédique conservatrice qui consiste en une réduction fermée et immobilisation plâtrée, l’ECMES permettrait une diminution du taux de guérison avec défaut d’alignement de la fracture, une durée d’immobilisation plus courte et une réduction du nombre de consultations et radiographies de suivi.
Le but de cette étude était d’évaluer et de comparer ces deux techniques en se basant sur l’angulation résiduelle en fin de traitement, le nombre de consultations et de radiographies durant le suivi ainsi que la durée d’immobilisation.
Méthodologie
Une étude rétrospective analysant les fractures de l’avant-bras dans deux centres d’orthopédie pédiatrique universitaire suisse (CHUV et HUG) entre janvier 2010 et décembre 2014 a été réalisée. La documentation du traitement (ECMES vs conservateur), les soins post-opératoires ainsi que les consultations et radiographies de suivi représentaient la base de données récoltée. L’étude s’intéresse également au nombre d’interventions réalisées, à la durée et au type d’immobilisation, à l’angulation résiduelle au terme du traitement et aux complications.
Résultats
L’étude a inclus 241 patients de 4 à 14 ans, 73 filles (30%) et 168 garçons (70%). 150 (62.2%) cas ont été traités par ECMES contre 91 (37.8%) cas traités conservativement. La moyenne d’âge était de 9.9 ans pour le groupe ECMES contre 7.4 ans pour le groupe conservateur. En moyenne, les patients traités par ECMES consultaient 6 fois (6.4) et bénéficiaient de 7 radiographies (7.3). Pour les patients traités conservativement, les moyennes étaient de 6 consultations (5.8) et 7 radiographies (7.23). L’angulation résiduelle moyenne en fin de traitement était dans les deux groupes <10° et cliniquement non- significative.
Conclusions
Les patients traités par ECMES ne subissaient pas moins de radiographies, avaient tendance à consulter plus fréquemment et avaient une angulation résiduelle moins importante que les patients traités conservativement. La technique de l’ECMES obtenait de meilleurs résultats radiologiques. La mise en place de lignes de conduite après ECMES permettrait de faire ressortir les avantages supplémentaires de cette prise en charge des fractures diaphysaires déplacées de l’avant-bras de l’enfant.
Mots-clé
fracture, avant-bras, enfant, ECMES, suivi
Création de la notice
05/09/2017 13:54
Dernière modification de la notice
20/08/2019 16:44
Données d'usage