Avancées sur la source, la taille et la nature des particules microbiennes aéroportées présentes dans l'environnement intérieur

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_A1A6EA396FB3.P001.pdf (122.56 [Ko])
Etat: Public
Version: Final published version
ID Serval
serval:BIB_A1A6EA396FB3
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Sous-type
Synthèse (review): revue aussi complète que possible des connaissances sur un sujet, rédigée à partir de l'analyse exhaustive des travaux publiés.
Collection
Publications
Institution
Titre
Avancées sur la source, la taille et la nature des particules microbiennes aéroportées présentes dans l'environnement intérieur
Périodique
Bulletin de veille scientifique : santé, environnement, travail
Auteur(s)
Niculita-Hirzel Hélène
ISSN
1950-4764
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2015
Numéro
26
Pages
30-33
Langue
français
Résumé
L'exposition à certaines particules fongiques et bactéries présentes dans les aérosols de l'environnement intérieur a été associée au développement ou à l'exacerbation d'affections respiratoires telles que l'asthme, la rhinite allergique ou encore l'aspergillose (1-4). Le réservoir principal identifié dans cet environnement pour les bactéries aéroportées est constitué par les habitants eux-mêmes, alors que celui des particules fongiques est l'environnement extérieur, ou, lorsque les conditions sont réunies, l'environnement intérieur (5-7). Néanmoins, la nature et la taille de ces particules fongiques, ainsi que l'impact de l'occupation humaine sur ces paramètres n'ont été que peu explorés. Les articles de cette note s'intéressent justement à ces aspects et illustrent l'importance de leur prise en compte dans l'évaluation du risque d'exposition aux microorganismes dans l'environnement intérieur. L'étude de Hospodsky et coll. (2014) apporte une information quantitative sur le niveau d'émission de bactéries et particules fongiques résultant d'une occupation humaine dans des environnements intérieurs sains. Alors que l'étude de Afanou et coll. (2014) montre la complexité des particules fongiques qui peuvent être générées dans l'environnement intérieur, différentes espèces de moisissures pouvant participer en proportions différentes au nombre de particules submicroniques1 grâce à leurs fragments de spores ou hyphes.
Mots-clé
Aerosols/analysis , Fungi , Bacteria , Air Pollution, Indoor , Inhalation Exposure ,
Création de la notice
09/02/2016 13:37
Dernière modification de la notice
20/08/2019 15:07
Données d'usage