Association entre caractéristiques néonatales et âge gestationnel d’autonomie alimentaire chez le grand prématuré

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 4667 M. Brun.pdf (1296.50 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_94C5273C96F8
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Association entre caractéristiques néonatales et âge gestationnel d’autonomie alimentaire chez le grand prématuré
Auteur⸱e⸱s
BRUN G.
Directeur⸱rice⸱s
GIANNONI E.
Codirecteur⸱rice⸱s
BICKLE-GRAZ M.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
français
Nombre de pages
13
Résumé
En Suisse en 2015, 7.1% des naissances étaient prématurées (naissance avant 37
semaines aménorrhée), 0.7% des enfants étaient nés grands prématurés (naissance de 28 à
316/7SA) et 0.3 % extrêmes prématurés (<28SA)(1). Alors que les nouveau-nés à terme sains
ont la capacité de téter (2) et de coordonner succion, déglutition et respiration, les grands et
extrêmes prématurés n’ont pas cette capacité à la naissance (3–5). Cette capacité à se
nourrir exclusivement au sein ou au biberon de manière complète et viable, c’est-à-dire avec
un apport de lait en quantité suffisante et de sans occasionner d’effets secondaires comme
des épisodes de broncho-aspiration, définit l’autonomie alimentaire (2).Dans le cas où ce
temps d’acquisition se prolonge, on parle de dysoralité (2). Il n’existe néanmoins pas dans la
littérature de consensus sur la durée ou l’âge à partir de laquelle on parle de dysoralité.
Certains de ces patients nécessitent par ailleurs une nutrition parentérale avant l’alimentation
entérale par sonde (6), ce qui pourrait avoir un impact sur l’acquisition de l’autonomie
alimentaire.
Mots-clé
autonomie alimentaire, grands prématurés
Création de la notice
06/09/2018 11:10
Dernière modification de la notice
08/09/2020 7:09
Données d'usage