Apport de l'attachement dans le travail d'élaboration de la mort d'un sujet âgé en établissement d'hébergement. Le cas de Pierre, 90 ans

Détails

Ressource 1Télécharger: Apport-Attachement_Travail-Elaboration_Mort_2019.pdf (317.19 [Ko])
Etat: Public
Version: de l'auteur
Licence: CC BY-NC-ND 4.0
Document(s) secondaire(s)
Télécharger: Apport-Attachement_Travail-Elaboration_Mort_2020.pdf (317.19 [Ko])
Etat: Public
Version: de l'auteur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_947F42D5BFE7
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Institution
Titre
Apport de l'attachement dans le travail d'élaboration de la mort d'un sujet âgé en établissement d'hébergement. Le cas de Pierre, 90 ans
Périodique
Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique
Auteur(s)
Chopard-dit-Jean Aurélie, Bonnet Magalie, Mariage André
ISSN
0003-4487
Statut éditorial
Publié
Date de publication
11/2020
Langue
français
Résumé
L’objectif de cet article est de comprendre, d’un point de vue clinique et psychopathologique, l’apport de la théorie de l’attachement dans le travail d’élaboration psychique de la mort d’un sujet âgé accueilli en établissement. Les expériences de pertes physiques, cognitives et sociales que vivent les individus vieillissant leur font prendre conscience de leur mort. Intégrer psychiquement la perspective de sa mort passe par un travail d’élaboration psychique entendu ici comme l’aptitude du sujet à verbaliser le sens qu’il donne aux événements. Le travail d’élaboration est directement lié aux capacités de mentalisation, parfois altérée par la proximité de la mort. Cette altération ne permet pas le recours à des stratégies émotionnelles interrelationnelles adaptées (mises en évidence grâce à l’étude des modalités d’attachement) pour exprimer une demande d’aide et ainsi bénéficier de soutien social. Ce soutien pourrait cependant aider le sujet à comprendre son état interne et donc viendrait étayer la mentalisation et le travail d’élaboration. Nous faisons l’hypothèse que la difficulté à accéder à un soutien social, liée à des stratégies interrelationnelles inadaptées du fait d’un défaut de mentalisation, limite le travail d’élaboration de la mort. À travers l’étude de cas de Pierre, 90 ans, accueilli en établissement d’hébergement, cet article montre que la mentalisation et la recherche de soutien social (qui dépend des modalités d’attachement) sont des concepts clés pour comprendre l’apport de la théorie de l’attachement dans le travail d’élaboration de la mort. Cette étude de cas permet également de questionner la place de l’autre et soulève un paradoxe. L’autre peut en effet être considéré comme une source de soutien social étayant la mentalisation et facilitant le travail d’élaboration. Mais la comparaison à l’autre comme différent de soi est aussi une stratégie identitaire venant renforcer l’estime de soi.
Mots-clé
Attachement, Cas clinique Établissement d’hébergement pour personne âgée, Mentalisation, Mort, Vieillissement
Open Access
Oui
Création de la notice
23/11/2020 19:08
Dernière modification de la notice
05/02/2021 8:10
Données d'usage