Exposer le social : musées et connaissances « utiles » au début du XXe siècle

Détails

ID Serval
serval:BIB_8ECB42E40A2E
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Institution
Titre
Exposer le social : musées et connaissances « utiles » au début du XXe siècle
Périodique
Culture & Musées
Auteur⸱e⸱s
Debluë Claire-Lise
ISSN
2111-4528
Statut éditorial
In Press
Peer-reviewed
Oui
Numéro
39
Pages
59-84
Langue
français
Résumé
Depuis quand expose-t-on le « social » et à quelles conditions ? Près d’un siècle avant que la notion de « musée de société » ne s’impose, ces quelques questions étaient déjà au cœur des préoccupations de certains réformateurs sociaux. Soucieux de faire du musée un lieu où donner forme à leur vision du monde social, ces réformateurs, cherchant à incarner ces principes à travers une multitude de dispositifs visuels et matériels, peuvent sans doute être considérés comme les précurseurs des musées de société. Rompant avec la tradition des collections patrimoniales tournées vers le passé, les musées sociaux furent en effet conçus comme des véritables « laboratoires » où expérimenter de nouvelles manières de façonner le monde social et d’en négocier les représentations. Cet article s’intéresse aux discours et aux pratiques qui entourèrent la création des premiers musées sociaux, et s’interroge sur cette période clé du début du XXe siècle pour la formation de nouvelles subjectivités. À travers l’étude de cas du Musée social suisse (Zurich, 1917), il analyse la manière dont les nouveaux savoirs sociaux furent véhiculés, et retrace les usages – nécessairement subjectifs – qui en façonnèrent le sens. Cet article propose enfin d’éclairer d’un jour nouveau la genèse des musées de société.
Création de la notice
01/12/2021 11:20
Dernière modification de la notice
22/04/2022 6:36
Données d'usage