History of offending behavior in first episode psychosis patients : a marker of specific clinical needs and a call for early detection strategies among young offenders

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_8EBBCA10E49E
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
History of offending behavior in first episode psychosis patients : a marker of specific clinical needs and a call for early detection strategies among young offenders
Auteur(s)
Marion-Veyron R.
Directeur(s)
Cornus P.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Adresse
Faculté de biologie et de médecine Université de Lausanne CH-1015 Lausanne SUISSE
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2015
Langue
anglais
Résumé
Plusieurs études suggèrent que les patients qui présentent un premier épisode psychotique et un passé délictueux présenteraient une clinique spécifique et nécessiteraient une prise en charge adaptée. A partir d'une cohorte de patients suivis pour un premier épisode psychotique dans la région de Melbourne {The Early Psychosis Prevention and Intervention Centre), nous avons analysé la prévalence d'actes délictueux dans leur passé (1), les caractéristiques cliniques à leur admission (2), l'évolution à court terme des patients ayant commis des délits par rapport aux autres patients (3). Nous avons également cherché à déterminer si des délits plus graves (atteinte à l'intégrité d'une personne) étaient corrélés à des caractéristiques cliniques particulières.
Sur les 649 patients dont les données ont pu être analysées entre 1998 et 2000, 29% avaient un passé délictueux. Ils étaient en majorité des hommes et présentaient des difficultés sociales et scolaires plus importantes que les autres patients. Ils avaient également recours de manière plus régulière à des substances illicites et commis plus souvent des tentatives de suicide. Le tableau clinique qu'ils présentaient à leur admission dans le programme de soins était plus complexe et l'évolution globalement plus défavorable après 18 mois de traitement. Nous avons relevé aussi que la durée de psychose non traitée était plus longue que celle des autres patients. Enfin, les délits avec atteinte à l'intégrité d'une autre personne étaient plus fréquents en présence d'un insight faible et nécessitaient un plus grand nombre d'hospitalisation.
Ces résultats confirment le besoin d'une recherche approfondie dans ce champ de la clinique et de stratégies de prévention et de soins plus spécifiques. Une détection précoce chez les jeunes hommes qui commettent des actes délictueux serait particulièrement importante puisque notre étude suggère que certains d'entre eux seraient dans une phase débutante et non reconnue d'un épisode psychotique. Une intervention plus rapide et adaptée pourrait avoir des conséquences positives à plusieurs niveaux.
Création de la notice
06/08/2015 11:41
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:52
Données d'usage