Nutritional status in hospitalized patients: prevalence, déterminants and impact on hospital stay, mortality and costs

Détails

Ressource 1Télécharger: Thesis-final-OK.pdf (8537.76 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_88CFEBC598F2
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Nutritional status in hospitalized patients: prevalence, déterminants and impact on hospital stay, mortality and costs
Auteur(s)
Saman Khalatbari Soltani
Directeur(s)
Waeber Gérard
Codirecteur(s)
Marques-Vidal Pedro
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Adresse
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
anglais
Résumé
Undernutrition is a frequent condition among hospitalized patients, leading to increased morbidity, mortality, length of hospital stay, and health costs. However, few studies have reported undernutrition prevalence and its management in Switzerland. Indeed, very little information exists for Switzerland regarding the factors associated with undernutrition and its impact on health outcomes and health costs. This project thus aimed to better characterize the prevalence, determinants, management, and consequences of undernutrition among hospitalized patients in Switzerland. To achieve this, five studies were conducted: one literature review, two cross-sectional studies, one diagnostic accuracy study, and one trend analysis. The initial literature review showed that in Europe, undernutrition represents a considerable economic burden, representing as much as 10% of total national health expenditures. The first cross-sectional study was conducted in the Lausanne university hospital and showed that three out of five hospitalized patients are ‘at-risk’ of undernutrition, but only half of them were nutritionally managed; the study also showed that nutritionally ‘at-risk’ patients had higher in- hospital mortality and costs, while their reimbursement rates were lower. Further, the diagnostic accuracy study showed that, despite a good specificity (87%), undernutrition-related codes in hospital discharge data had low sensitivity (43%) and positive predictive values (28%), thus precluding adequate evaluation of prevalence rates of undernutrition. The second cross-sectional analysis focused on hospital discharge data for whole Switzerland; it showed considerable regional variations regarding the reporting of undernutrition and its management, highlighting the absence of standardized procedures for the whole country. Analysis of hospital discharge data for whole Switzerland for the period 1998-2014 showed a several-fold increase in the prevalence of reported undernutrition-related codes (e.g. from 0.18% to 2.13% in Ticino and from 0.23% to 5.63% in Mittelland). Nevertheless, in 2014, still 40% of hospitalizations with an undernutrition-related code had no indication of nutritional management. Overall, this project provided some important information regarding the prevalence, determinants, and impact of undernutrition in Swiss hospitals. The results will hopefully serve as reference for future intervention studies.
--
La dénutrition est une condition fréquente parmi les patients hospitalisés, augmentant la morbi-mortalité, la durée du sàjour, et les coûts de la santé. Peu d’études se sont intéressées à la prévalence de la dénutrition et sa prise en charge en Suisse. En fait, il existe très peu d’information concernant les déterminants de la dénutrition et ses conséquences sur la santé et les coûts. L’objectif de ce travail était de mieux caractériser la prévalence, les déterminants, la prise en charge et les conséquences de la dénutrition parmi les patients hospitalisés en Suisse. Pour ce faire, cinq études ont été conduites : une revue de la littérature, deux études transversales, une étude diagnostique et une analyse temporelle. La revue de la littérature a montré qu’en Europe la dénutrition représente un coût financier considérable, pouvant aller jusqu’à 10% des dépenses nationales de santé. La première étude transversale a été conduite à l’hôpital universitaire de Lausanne et a montré que trois patients sur cinq étaient à risque de dénutrition, mais que seulement la moitié bénéficiait d’une prise en charge. Cette étude a également montré que les patients à risque avaient une plus grande mortalité intra-hospitalière et coûtaient plus cher, alors que les taux de remboursement étaient moindres. Par ailleurs, l’étude diagnostique a montré que le codage de la dénutrition avait une bonne spécificité (87%) mais une mauvaise sensibilité (43%) et une valeur prédictive positive faible (28%), ce qui limite l’estimation de la prévalence de la dénutrition par l’utilisation des codes. La seconde étude transversale a porté sur les données de la statistique hospitalière suisse ; elle a montré de grandes disparités régionales concernant le codage et la prise en charge de la dénutrition, dues à l’absence de recommandations au niveau national. Finalement, l’analyse temporelle de la statistique hospitalière suisse pour la période 1998-2014 a montré une augmentation considérable de la fréquence des codes de dénutrition (de 0.18% à 2.13% au Tessin et de 0.23% a 5.63% an Mittelland). Néanmoins, en 2014, encore 40% des hospitalisations ayant un code de dénutrition n’avaient pas de code associé à une intervention nutritionnelle. Dans l’ensemble, ce travail a permis d’obtenir des données concernant la prévalence, les déterminants et l’impact de la dénutrition dans les hôpitaux suisses. Nous espérons que ces résultats pourront servir de référence pour de futures études d’intervention.

Création de la notice
28/06/2018 12:10
Dernière modification de la notice
20/08/2019 15:47
Données d'usage