Études critiques du cerveau sexué. Une critique de quoi et pour qui ? (Trad. fr. de "Critical Studies of the Sexed Brain: A Critique of What and for Whom?, 2012)

Détails

ID Serval
serval:BIB_79EF98A8DBAE
Type
Article: article d'un périodique ou d'un magazine.
Collection
Publications
Institution
Titre
Études critiques du cerveau sexué. Une critique de quoi et pour qui ? (Trad. fr. de "Critical Studies of the Sexed Brain: A Critique of What and for Whom?, 2012)
Périodique
Revue d'Anthropologie des Connaissances
Auteur⸱e⸱s
Kraus C.
Contributeur⸱rice⸱s
Bianchi A., Kraus C.
ISSN
1760-5393
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2013
Peer-reviewed
Oui
Volume
7
Numéro
3
Pages
693-716
Langue
français
Notes
Trad. de l'anglais (U.S.A.) par A. Bianchi; revue et révisée par C. Kraus
Résumé
Le projet neuroGenderings rappelle un programme interdisciplinaire intitulé « Neurosciences Critiques » (Critical Neuroscience). La possibilité de développer des « Neurosciences Critiques » féministes et queer est toutefois limitée par la manière problématique dont les pratiques critiques sont conçues au sein de ce programme. Les tenant-e-s des « Neurosciences Critiques » nous proposent de travailler et de débattre par-delà les disciplines en faisant comme si les neuroscientifiques venaient de Mars et les chercheur-e-s en sciences sociales de Vénus, tout en assignant aux second-e-s le rôle traditionnellement féminin d'apaiser les conflits. Le présent article appelle les chercheur-e-s en études sociales des neurosciences à clarifier le cadre que nous souhaitons donner à nos pratiques critiques (une critique de quoi et pour qui ?) et le genre de pratiques que nous souhaitons promouvoir au nom de l'interdisciplinarité. Le défi consiste à articuler une perspective critique résistante au « pouvoir absorbant » des neurosciences, « Neurosciences Critiques » comprises. Au lieu de nous focaliser sur un prétendu problème de communication, je propose de déplacer notre attention vers l'étude des conflits et des controverses (mais aussi des controverses manquées, de l'absence de controverses, etc.). Je discute de l'intérêt de changer de focale à travers deux exemples : la notion guère controversée de plasticité cérébrale et la question controversée de savoir quel est l'organe le plus déterminant (le cerveau ou les organes génitaux ?) dans la formation de l'identité de genre chez les personnes intersexuées. Il est certes bienvenu de « socialiser » les neurosciences grâce aux apports des études genre (gender studies) et des études sociales des sciences, mais arriver à mettre en évidence, dans un même geste, les dimensions conflictuelles de la vie sociale serait mieux encore. 
Mots-clé
neuroGenderings, neurosciences critiques, critique, interdisciplinarité, controverse, conflit social, normes scientifiques, plasticité cérébrale, intersexuation
Création de la notice
12/09/2016 10:49
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:36
Données d'usage